Archive | Lecture Commune RSS feed for this section

Les chroniques de MacKayla Lane de Karen Marie Moning

15 Juil

 

Les chroniques de MacKayla Lane :

1) Fièvre Noire
2) Fièvre Rouge
3) Fièvre Fae
4) Fièvre Fatale
5) Fièvre d’Ombre
Karen Marie Moning
5 tomes (terminé)
Published by J’ai Lu
MacKayla Lane perd sa sœur Alina, victime à Dublin d’un assassinat aussi cruel qu’inexplicable. Devant la mollesse de la police locale, elle quitte le sud des Etats-Unis pour l’Irlande afin de mener sa propre enquête. Elle y découvre que sa sœur y menait une double vie pleine de mystère au milieu de créatures démoniaques.

J’avais beaucoup entendu parler de cette série (de son fameux Jericho Barrons) avec la sortie du 5ème et dernier tome, je me suis lise à les lire. Oui, « les » car j’ai tout lu d’affilé, ces derniers jours.

Pourquoi ? Je pense que le mystère, la trame derrière permettait de s’échauffer l’esprit dès le départ ! Ça tient en haleine…

Pourquoi les lire d’affiler ? Parce que chaque fin de tome se termine par un Cliffhanger horrible (mais du jamais vu !). La série fait partie de celle qui devrait se retrouver dans un seul et unique tome (ça en ferrait un sacré nombre de pages… rien que le dernier en a 900) parce que ça se suit, à la minute, au jour près dès qu’on ouvre le premier chapitre de chaque tome, qu’on se retrouve là, où on avait laissé les personnages.

Poupée Barbie (« Arc-en-ciel »), Mac se retrouve dans la découverte de ses origines suite à la mort d’une sœur aimée à Dublin. Quittant sa ville natale américaine ensoleillée, elle se plonge dans les rues étroites et foggy de Dublin.

Le premier tome nous montre la découverte de Mac d’un monde qui était caché à ses yeux, celui des Faes. Un tome d’introduction à ce nouveau monde (où ce fameux meurtre est un peu mis sur le côté). La personne qui va lui ouvrir les portes du monde des Faes s’appelle Jericho Barrons, propriétaire d’une superbe librarie et collectionneur d’objets bien étranges. Il est loin d’être aimable, ou même de faire du charme à Mac (comme on pourrait le penser dans ce genre de livre), au contraire, à peine s’il ne la « maltraite » pas, ou du moins, il voudrait bien s’en débarrasser… Leurs altercations sont flamboyantes.
Ce qui va rendre, entre autres, Mac un peu plus mature et non plus, cette bimbo qui se laissait vivre grâce aux rayons du soleil sur sa peau.

Mac se met à écrire un journal, elle nous raconte les évènements, les découvertes, les espèces… le fait qu’elle écrit un journal. Ça peut remettre en tête les éléments importants qui ont eu lieu et à se construire des théories, ou ça peut être rébarbatif et répétitif.

On a plusieurs espèces dans le livre mais surtout les différentes castes de Faes (fées), pas toujours les plus belles, voir même celles qui passent leur immortelle-vie à embêter les humains.

Si le premier tome est un peu brouillon où en tout cas, on se demande où il va nous mener. Le reste de la saga, est très bien construit. On s’attache aux personnages, des évènements de plus en plus sombres ont lieux, l’intrigue est bien plus puissante qu’il ne semble au premier abord.

Rien que d’y repenser, j’ai envie de relire la série… comme quoi, elle peut être addictive !

Publicités

Anita Blake, Le Cadavre Rieur de Laurell K. Hamilton

10 Sep

Savez-vous ce que c’est qu’une « chèvre blanche »? Eh bien, en jargon vaudou, c’est un doux euphémisme pour désigner la victime d’un sacrifice humain. Et quand ces types sont venus me demander de relever un mort de deux cents ans et des poussières, j’ai tout de suite compris ce que ça impliquait. Je veux bien égorger des poulets, un mouton, voire un buffle dans les cas désespérés… mais ça, non! Pas question… Mais je les ai envoyés promener, eux et leur chèque d’un million de dollars. L’ennui, c’est que tout le monde n’a pas mon sens moral. Que ces salauds vont bien dégoter quelqu’un pour faire le boulot. Qu’on va se retrouver avec un mort-vivant raide dingue, tout sauf végétarien, et semant la panique. Et que c’est encore la petite Anita qui va devoir se le coltiner! Comme si je n’avais pas déjà assez de problèmes avec les vampires…

A peine quelques semaines après les évènements qui ont eu lieu dans l’épisode précédent (cfr. Plaisirs Coupables), nous retrouvons, dans ce second tome, notre petite Anita avec son patron Bert visitant un client…

Ce second tome est plus ciblé sur les aptitudes premières d’Anita… être réanimatrice.
On découvre un peu mieux ses coéquipiers dans l’entreprise où elle travaille dont son mentor, Many.

Du coup, les vampires sont un peu mis de côté au profit des zombies et de la magie vaudou… dont la plus puissante praticienne de la région à qui Anita va demander de l’aide pour son enquête (une bien sanglante).

Un récit plus aventurier, du suspens, de l’action et des horreurs. Parce qu’ici, il y a plus de descriptions gores… celles des cadavres laissés par le(s) meurtrier(s) de ce volume par exemple.

On reste un peu sur notre faim à propos de sa relation avec le nouveau maître vampire de la ville… Jean-Claude (le ridicule ne tue pas). Ce dernier ne lâche pas l’affaire de la « servante humaine ».

Une héroïne prête à tirer à la moindre occasion, ne se laissant pas marcher dessus, à la répartie acerbe.
Un roman facile à lire, bourré de charmes (naturels et mystiques) dans la continuité du premier. L’auteure reste tout à fait plausible où elle permet l’interrogation des lois et des droits sur les zombies ou celles des vampires.

Une lecture commune organisée par Sookies (merci à elle) avec les avis de : 
Malorie57, Scor13, Novalis, Tchae, Chtitepuce, KassandraNastasia, Lou, PlatinegirlBlueverbena, Nane42, Aidoku, Melcouettes, Priline, Sookies

Anita Blake : Vampire Hunter Series

Anita Blake, tome 01 : Plaisirs Coupables (Guilty Pleasures)
Anita Blake, tome 02 : Le cadavre rieur (The laughting Corpse)
Anita Blake, tome 03 : Le Cirque des Damnés (Circus of the Damned)
Anita Blake, tome 04 : Lunatic Café (The Lunatic Café)
Anita Blake, tome 05 : Le Squelette Sanglant (Bloody Bones)
Anita Blake, tome 06 : Mortelle Seduction (The Killing Dance)
Anita Blake, tome 07 : Offrance Brulée (Burnt Offering)
Anita Blake, tome 08 : Lune Bleue (Blue Moon)
Anita Blake, tome 09 : Papillon d’Obsidienne (Obsidian Butterfly)
Anita Blake, tome 10 : Narcisse enchaîné (Narcissus in Chains)
Anita Blake, tome 11 : Péchés Céruléens (Cerulean Sins)
Anita Blake, tome 12 : Rêves d’Incube (Incubus Dreams)
Anita Blake, tome 13 : Micah (Micah and Strange candy)
Anita Blake, tome 14 : Danse Macabre (Danse Macabre)
Anita Blake, tome 15 : The Harlequin
Anita Blake, tome 16 : Blood Noir
Anita Blake, tome 17 : Skin Trade
Anita Blake, tome 18 : Flirt
Anita Blake, tome 19 : Bullet
Anita Blake, tome 20 : Hit List

Cygne noir, fille de l’orage de Richelle Mead

27 Fév

[J’ai mis un peu de spoile que j’ai caché… si vous voulez lire (mais ils sont minuscules), surlignez la phrase.]

Ma deuxième série de Richelle Mead, après la saga des Succubus.

Celle-ci est bien différente !
Déjà, je la trouve moins originale. Tout le long du livre, j’ai pensé à d’autres sagas du même genre où on retrouve les mêmes idées. Citons par exemple, Anita Blake (les deux styles « amants » – surtout le renard dont elle ne savait rien qui me fait penser à Richard… je suis sur qu’il (Kiyo) va terminer à la trape comme Richard), Merry Gentry (pour le côté, je dois coucher pour avoir un enfant ! Sauf qu’ici, évidemment, elle évite), Chasseuse de la nuit (la mère qui déteste l’Outremonde et envoit cette haine à sa fille pour qu’elle les déteste autant et les combatte), etc. Il y a encore plein de similitudes retrouvées dans divers romans du même style.

Nous avons donc Eugénie (la pauvre, quel nom peu approprié), une chamane redoutable qui éjecte les faes et autres genre de créatures de la terre pour l’Outremonde. Mais suite à une nouvelle mission, elle se retrouve dans cet autre monde où elle en apprend beaucoup sur… elle-même et son passé.

Bien que facile à lire comme tout livre d’urban fantasy et que j’ai tout de même aimé, je trouve que le roman a pas mal de mauvais côtés.

Au début, il y a trop de  « les faes de l’Outremonde veulent violer Eugénie ». C’était un peu déplacé d’avoir le mot « viol » 10 fois par page et d’attaque pour sa vertu régulièrement. Heureusement cela passe un peu.

On ne peut pas oublier les moments où Eugénie se trouve dans la merde alors que quelques pages avant, elle donnait la solution à ce futur problème. Qu’elle n’y pense pas au bon moment… comme par exemple, l’eau du corps d’Aeson… me rendait chèvre. Elle fait parfois sa « pas-intelligente ». Alors que cela allait de soi que ça allait se terminer de telle ou telle façon !
Puis au final, je n’ai pas trouvé Eugénie si fantastique que ça en tant qu’héroïne. Elle a ses doutes, son sarcasme, son corps si magnifique que toute personne ne peut pas être indifférente, etc. Sa description fait un peu too much. Ce n’est pas grâce à elle que je continuerais la série en tout cas.

Pendant une bonne partie du roman, je me suis dit que j’allais adorer autant Kiyo que Dorian
L’un est un kistune (mi humain/renard) qui a tout pour plaire à Eugénie… malheureusement, sa plus grosse cachoterie m’est sortie par les yeux. Je n’en reviens pas et ça ne me plait pas qu’il « abandonne » un enfant. De plus, je le vois bien être contre les idées d’Eugénie… ce qui ferait un beau clash (un peu dans le genre Richard/Anita).
L’autre est un roi dans l’Outremonde qui après plusieurs siècles d’ennui, trouve Eugénie très amusante et sans doute plus… mais on n’en est pas encore sur (j’adore ceux qui font semblant de ne pas être intéressé par le pouvoir). Il a un côté complètement loufoque, très amusant. Il ajoute souvent la touche d’humour qui manque dans le roman.

Citation :
« (Aeson) – Tu utilises tes pouvoirs pour me lancer une pierre !
(Dorian) – Inutile de me donner cette peine.  Je me suis contenté de te la jeter »

Niveau style d’écriture, j’ai préféré l’autre roman de l’auteur. Mais ça reste fluide avec beaucoup de descriptions (pas toujours utiles). Il y a beaucoup de nom de faes… dont j’ai abandonné la lecture des connotations en bas de page sur ce qu’ils étaient.

Je ne sais pas encore sur quel pied joué… Il y a du bon et du moins bon dans ce livre. Ce n’est pas un roman indispensable mais il se lit (oui oui).

D’autres avis du côté de Deliregirl, Galleane, Yumiko, Avalon, Eden, Azariel87, sofiaportos, petit lips

Cygne Noir Saga
Cygne Noir, tome 01 : Fille de l’orage
Cygne Noir, tome 02 : Reine des ronces
Cygne Noir, tome 03 : Le sacre de fer

Jaz Parks mord la poussière de Jennifer Rardin

20 Fév

Je m’appelle Jaz Parks. J’ai plusieurs cordes à mon arc : assassin pour le compte de la CIA, ceinture noire de taekwondo, danseuse du ventre… OK, la dernière, c’est juste une couverture pour ma mission actuelle: récupérer un prototype d’armure issu de la biotechnologie, en tuant le maniaque qui l’a volé. A savoir Chien-Lung, un vampire obsédé par les dragons et invulnérable tant qu’il porte cette cuirasse dernier cri… c’est-à-dire en permanence. Et puis il y a les Pillards, des monstres venus de la nuit des temps qui tuent des innocents pour dévorer leur âme. Le seul hic, c’est que je peux détecter leur présence. Alors eux non plus ne vont pas tarder à vouloir… ma mort.

J’ai lu le premier tome, « Jaz Parks s’en mord les doigts », cet été. Bien qu’intéressant, je ne pensais pas aller plus loin… c’était sans compter le fait que j’avais déjà le second tome « Jaz Parks mord la poussière » et une lecture commune pour me motiver à passer le pas.

Personnellement, un début assez difficile. Se remettre en phase avec le personnage n’était pas aisé, « qui était qui » particulièrement. J’avais pas mal de trou noir (oui j’utilise ce mot à bon escient).

Ce que j’aime dans ce roman, c’est que l’enquête est primordiale. Alors qu’on pourrait avoir un déluge de sentiments, ici ça passe en second plan. Ça ne fait pas mal et ça donne du punch d’avoir de l’action, de l’humour et des enquêtes.

Par rapport au premier, Jaz n’est plus seule… Evidemment Vayl est toujours là, vampire de son état. Mais elle a une vraie équipe maintenant où chacun peut mettre sa patte dans leur mission, entre le mec intelligent super callé technologie, la sorcière de plusieurs siècles, le petit nouveau blond qui a un cerveau, ça aide pas mal !
Surtout quand on doit faire face à un vampire qui se prend pour un dragon, qui porte une armure hyper Hi-Tech qui est impossible à tuer, c’est bien utile d’avoir une équipe pareil.

Le point noir de ce roman, ce sont les trous noirs de Jaz. Elle semble aller tout à fait bien, puis il se passe des choses bizarres et en fait, ce sont des trous noirs… Même si on nous le fait remarquer par après, sur le moment, je ne m’en rends pas compte du tout. Donc je me sentais perdue en me disant « mais qu’est-ce qu’il fait là lui, il n’est pas mort ? ». Ce sont des petits passages qu’on rerelit…

Ce point noir amène à une bonne chose… des révélations sur le passé de Jaz !  Et Vayl même s’il veut garder obscur certain point de sa (non-)vie. Mais bon, vu que ce n’est pas fini, que se soit les trous noirs ou les révélations, c’est peu de choses les informations qu’on apprend.

Ca se lit très facilement, c’est agréable, pas prise de tête mais intéressant. Il me semble avoir plus apprécier ce second tome.

Pour d’autres avis; petitlips, basset, mycoton

Saga Jaz Parks
Jaz Parks s’en mord les doigts, tome 01 [Pas posté]
Jaz Parks mord la poussière, tome 02
Jazz Parks mord à crédit, tome 03

Les chroniques de Krondor ; Pug, l’apprenti de Raymond E. Feist

6 Fév

Pug est un apprenti dans le château du Duc de Crydee dans le royaume de Krondor, sur Midkemia. Son maître est Kulgan le magicien de la cour. Mais si Pug est indéniablement doué pour la magie, aucune des formes que l’on donne à cet art en Krondor ne semble lui convenir. Il lui faudra changer de monde pour trouver sa voie et apprendre d’un magicien immortel que son destin est de sauver le monde d’une menace divine millénaire. De la rencontre de ces deux univers naîtra d’abord la guerre puis le chaos dans chacun des deux camps. Suivront alors la paix et la découverte mutuelle de deux cultures et sociétés radicalement opposées.

Suite à la lecture d’un comics, Magicien, apprenti (très bien adapté du côté de chez Milady), j’ai voulu en savoir plus sur le roman de R.E. Feist.
Pomme a eu l’excellente idée d’organiser une lecture commune pour le premier tome des Chroniques de Krondor.

Pug, l’apprenti est le premier volume d’une quadrilogie (qui est elle-même une partie des chroniques de Krondor… encore une énorme saga).

L’histoire nous présente un royaume tranquille. Deux jeunes garçons, Pug et Tomas vont se voir attribuer leur rôle dans la société, l’un apprenti sorcier et l’autre futur combattant.

Si au début de l’aventure, on suit surtout deux jeunes « novices », Pug et Tomas, la découverte d’autres hommes venant d’un autre monde va changer cet aspect des choses.

Chacun va être séparé et ne plus se voir pendant des années, même en tant que lecteur nous n’aurons plus de nouvelles de ces deux protagonistes, voire très peu. A la place, nous suivons les princes, le Duc du royaume de Crydee et les personnages qui les entourent qui essaient de repousser l’ennemi et de comprendre le pourquoi de cette invasion.
C’est, du coup, assez dommage de ne pas avoir des nouvelles externes puisque les premiers personnages que nous rencontrons ne sont pas ceux dont on découvre le cheminement… enfin, pour le moment.

Cette guerre voit naître des alliances si celles entre les hommes et les nains existaient déjà, celle avec les esclaves, Tsurani (les envahisseurs) semblent à leur début.

Il reste que nous rencontrons différents personnages, quelle que soit sa race, avec chacun des caractères propres et forts. J’espère qu’on en apprendra plus sur les autres peuples.

Même si on peut comparer le roman aux Seigneurs des anneaux, j’apprécie le fait qu’il soit plus facile d’accès. Je me suis prise moins la tête avec les descriptions, entres autres.

Un roman d’aventure qui ouvre les portes vers la suite… que je n’ai malheureusement pas.

Vous pouvez lire les avis des autres participants : Pommette, Cerisia, Vozrozhdenyie, Ellcrys.

Les Chroniques de Krondor Saga
Les Chroniques de Krondor, tome 01 : Pug, l’apprenti
Les Chroniques de Krondor, tome 02 : Milamber, le sage
Les Chroniques de Krondor, tome 03
Les Chroniques de Krondor, tome 04

Sarah Dearly : Mordue de Michelle Rowen

29 Jan

Dure semaine. Mon rendez-vous d’enfer… venait vraiment de l’enfer et il m’a mordue ! Je suis devenue une vampire. Mais j’ai tout de même rencontré un homme ce soir-là. Il est sexy, il a six cents ans et il est suicidaire. Personne n’est parfait, pas vrai ? Nous avons passé un marché : il m’apprend les ficelles du monde des vampires et je l’aide à se tuer. Bon, c’est pas gagné avec un immortel, mais je sais que je peux le convaincre que la vie vaut la peine d’être vécue… avec moi de préférence ! Sauf que pas mal de gens veulent nous faire la peau, à commencer par ces chasseurs de vampires, ces crétins qui ne comprennent rien à rien. Enfin bon, si tout se passe comme prévu, j’aurai un cavalier au mariage de ma cousine !

Dès le début, malgré les horribles moments que passe l’héroïne, j’ai trouvé que le ton du livre contenait beaucoup d’humour.

Sarah ne croit absolument pas au vampire, même si elle est fane des livres d’Anne Rice.  Alors évidemment quand son rendez-vous arrangé la mort, elle le prend pour un cinglé et fuit. Malheur jusqu’au bout, la voilà sauvée par des chasseurs de vampires qui tuent son créateur et en même temps rencontre un autre vampire qui bon gré, mal gré accepte de l’aider à comprendre sa nature vampirique vu que son créateur est mort…  et bien encore d’autres moments.

Rien que ça, j’ai trouvé, ces moments comique, ses réactions faces à tout ce qui lui arrive, les moments cocasses (avec sa patronne), la nouvelle vie qu’elle se voie avoir, les rencontres qu’elle se fait (ses amis de sa nouvelle vie *kofkof), etc. Puis même dans sa fuite, elle ne peut pas occulter les nouvelles chaussures dans la vitrine d’un magasin.

Puis aussi, le livre à un petit côté Cat/Bones doit le style « élève et maître ». Sauf qu’ici, le maître ne prend pas trop au sérieux son rôle… surement pour ça que Sarah fait gaffe sur gaffe.

Plusieurs clins d’œil à la série Buffy, the vampire slayer… Maintenant, nous avons « Dracula, Lestat et Angel » en tant que célébrité vampirique. Je me demande même si le nom de l’héroïne ne viendrait pas de Sarah Michelle Gellar (actrice jouant le rôle de Buffy).

Un petit point négatif, des réflexions redondantes de Sarah. Vers la fin, elle a bien dû répéter plusieurs fois la même phrase pour trois personnages différents.

Au final, un livre rafraichissant. L’humour est donc le principal ingrédient de ce roman, ça change tellement de la bit-lit ordinaire… est-ce petit côté chick-lit qui le rend si sympa à lire… ?

Une lecture commune où vous pouvez retrouver d’autres avis auprès de Deliregirl1, Galleane, Pommette, Heclea, Yumiko, Mycoton, Livresque, Azariel87, Lexounet, Harmony Petite Sorcière, Setsuka, Pikachu

Le cercle des immortels : L’homme maudit de Sherrilyn Kenyon

6 Jan

Grace est sexologue. Pourtant, sa vie sentimentale est un désert, ce qui n’a rien de réjouissant quand on vient d’avoir vingt-neuf ans ! justement, pour fêter son anniversaire, Grace n’a pas hésité à ouvrir le livre magique de sa copine Selena et à invoquer trois fois à minuit Julian de Macédoine, condamné par les dieux de l’Antiquité à offrir à ses maîtresses le plaisir absolu. Ce n’est qu’une légende… Mais que fait cet homme beau à se damner et nu dans le jardin de Grace ? – Commandez et j’obéirai. Je suis à vous pendant un mois, lui déclare-t-il le plus sérieusement du monde. Grace doit se rendre à l’évidence. En guise de cadeau d’anniversaire, elle a eu droit à l’homme idéal ! Elle en tombe irrémédiablement amoureuse. Il n’a pas le droit d’aimer ? Qu’à cela ne tienne, elle trouvera le moyen de la libérer de son sortilège ! N’est-elle pas celle qu’il attend depuis deux mille ans ?

Je voulais commencer depuis longtemps cette saga, Le cercle des immortels.

Mais dès le début, une histoire basée sur le cul s’annonçait. De faite, ¾ du roman ne sera que du sexe, des préliminaires poussés à l’extrême pour savoir l’anatomie de chaque personnage et autres stimuli du genre.

Autant au début, ça ne dérange pas trop,-juste un regard vers le ciel- puisqu’on avait encore droit, assez rapidement, à une bonne dose de fantastique comme l’arrivé de certains dieux et déesses. Mais à force, c’est que ça lasse et c’est assommant en prime.

Commençons par le commencement, nous retrouvons Grace, une sexologue… qui ne blaire par le sexe car elle a un traumatisme sur le sujet… Avouons un comble pour un docteur du sexe. Par contre, assez rare pour le mentionner, elle ne semble pas très jolie… vu ce qu’on en disait, je l’aurai comparée à un cochon bien gras –et comparer ses taches de rousseurs à de vilaines taches qu’elle en fait une phobie… je ne connaissais pas. Elle est affublée d’une amie, un (méchant) brin excentrique qui croit en la magie et qui veut absolument aider son amie et sa vie sexuelle. Et voilà qu’apparaît, Julian de Macédoine, un demi dieu où son sculptural corps vous sera détaillé dans la moindre des parcelles possibles du corps humain et ce, plusieurs fois… de même que ses prouesses sexuelles, des regards avides des femmes quand elles le voient et j’en passe…

C’est dommage de ne retenir que cela… En refermant le livre, je me suis dit que ce roman était dans la mauvaise collection… c’est du côté d’Harlequin qu’il aurait du faire un tour.

Parce qu’entre Grace qui ne vaut pas une moule, Julian qui, s’il ne pense pas sexe, est un homme à plaindre –même s’il le fait très bien tout seul, il ne reste plus grand-chose à se mettre sous la dent.

Alors que tout le côté passé historique de Julian, qui vient de l’antique Macédoine, est fort intéressant, de même que les rencontres avec divers dieux grecs… même s’ils frisent le ridicule niveau accoutrement moderne.

L’intrigue est pauvre, à ce niveau là, des romans érotiques seraient bien meilleurs.

C’est un roman qui ne vaut pas la peine. De plus, on ne parle pas dans ce premier opus de ce fameux Dark Hunters.

Lu suite à une lecture commune, vous trouverez peut-être de meilleurs éloges pour ce roman chez mes camarades : Choukette, Eden1487, Fée Bourbonnaise, Heclea, mariiine, karline05, Vozrozhdenyie, masevy, Mycoton32, Mallou, cecile, Sookies, Azilys, Pommette, Azariel87, Scor13, deliregirl1.