Archive | Fantasy RSS feed for this section

Arkem, tome 1 : Yanis, déesse de la mort de Valérie Simon

29 Août

 

Yanis, la déesse de la morte Valérie Simon
320 pages
Published 2012 by Editions du Riez
Née dans la douleur et dans la mort, fille d’un démon de Rhynantes et d’une Princesse des Elfes, elle est l’héritière de deux races qui se haïssent et qui ne cherchent qu’à se détruire. Élevée dans les mystères d’un culte issu des profondeurs de temps révolus, elle est l’image radieuse de la mort, la réincarnation d’une déesse terrible. Mais son héritage la tourmente. Que lui veulent cet elfe, cet oiseau noir bavard, ce magicien troublant, et quels sont ces pouvoirs qui la hantent et qu’elle n’ose deviner ? De la pierre pâle aux reflets liquides qu’elle porte depuis sa naissance, elle ne sait rien, sinon qu’elle a en elle une étrange chaleur, et qu’elles sont liées par une puissance inconnue. Mais dans la sombre tour de Ragnarok, les forces issues des ténèbres se rassemblent. Et Raban Siwash, l’Innommable, n’aura de cesse de la rejoindre pour la tuer.

Dernière sortie des Editions du Riez avec une quadrilogie, « Arkem : Yanis, la déesse de la mort ». Saga déjà parue, il y a près d’une quinzaine d’année auprès de l’éditeur Fleuve Noire (avec de magnifiques couvertures à repousser toutes âmes).

Un titre se dirigeant vers la fantasy avec ces fées, ces licornes, ces magiciens et ces démons.

Ce premier tome se divise en 2 parties.

La première nous relate, la rencontre d’une elfe et d’un démon, d’un amour qui s’épanouit et qui se concrétise par un enfant. Leurs 2 espèces étant ennemies, ils sont rejetés tous les deux par leur clan.

C’est une partie très romance. J’ai été assez surprise de cette manière de faire. Je pensais qu’on irait vite au cœur du sujet alors qu’ici, on épaissit la rencontre des parents de « Yanis », de ce qu’ils affrontent, etc.

Bien que très intéressante, très bien construite, un beau vocabulaire, cette partie me semble pour le moment être un genre de bonus. [Après dans les tomes suivants, savoir tous ces éléments pourrait amener à une meilleure compréhension…]

La seconde partie, nous amène à suivre, l’évolution de « Yanis » (dont je mets le nom entre guillemet puisque ce n’est pas son vrai nom) dans un temple construit sur une île désertique et froide. Entourée des prêtresses, Yanis est élevée et adulée en tant que déesse de la mort par les visiteurs et son entourage. Abandonnée sur le bas-côté d’une route, son physique le fait paraître irréelle aux yeux des hommes qui en font d’elle un être supérieur. D’ailleurs, elle garde cette impression qu’elle n’est pas comme tout le monde, renforçant cette croyance d’elle-même d’être une déesse. Se sentant parfois enchaînée et emprisonnée, elle semble désirer quitter les lieux pour découvrir le monde.

Derrière son éducation et son passé, plane au-dessus de la tête de Yanis, une légende, une prophétie, à propos de la pierre d’Arkem ; « Pierre du Mal, qui sera rassemblée par un être né de deux clans ennemis pour vaincre l’Innommable ».  

J’aime beaucoup Yanis, son côté capricieux de petite fille (même si à la fin du tome, elle a tout de même 17 ans), sa curiosité pour le monde extérieur, sa perception des autres, sa manière d’intéragir avec les autres (cela est le cas avec Kéo, le mage). Elle me semble un peu bipolaire.

Un premier tome très féminin dans son écriture, dans ses sentiments mais également dans ses personnages où les hommes ne sont que les seconds, les faire valoir, les outils.

Un très chouette premier tome, un tome d’introduction, très bien écrit et décrit.

Vivement la suite !

Publicités

La fille aux licornes, tome 1 : La rencontre de Lenia Major

4 Fév

Ascane a été choisie pour devenir licornière du roi d’Ampleterre.
Mais Séber, le rude maître licornier, ne veut pas d’une fille parmi ses apprentis.
Afin de la pousser à la faute, il lui confie une licorne sauvage, un mâle blessé, furieux et indomptable.

J’ai pris connaissance de ce livre sur un blog… [Malheureusement, je ne me rappelle plus de qui] pour finalement le trouver à 1€, l’occasion de me mettre à ce « premier tome d’une trilogie d’héroïne fantaisie ».

Encore une fois, remercions Elodie Marze pour cette merveilleuse couverture !

Je ne connais pas du tout l’auteure qui a sorti plusieurs romans jeunesses en France mais j’ai trouvé sa plume très vivante.

Je n’ai pas l’habitude des romans avec les licornes en tant que personnages principaux. J’adore le fantastique, la fantasy et compagnie mais il est assez rare qu’on aille plus loin que la mention de cette créature légendaire. C’était pour moi, un premier pas vers cette espèce et vers une mythologie (inventée par l’auteure bien sûr) de la licorne.

Le roman est d’une fluidité totale ! Les évènements s’enchainent sans répit, tout comme tourner les pages pour poursuivre sa lecture. On ne passe pas par quatre chemins, c’est clair et direct.

Le maître licornier n’accepte pas d’avoir une fille comme apprentie, on le sent et il punit Ascane… en l’obligeant à prendre soin de la pire licorne qu’ils n’aient jamais eu… une sauvage ! Dans l’apprentissage des licorniers, il y a des sorts et enchantements pour apaiser, arrêter ou tout autre utilité envers une licorne à apprendre. L’héroïne est montré comme un personnage franc, direct et évidemment… qui aurait un pouvoir plus grand que le maître lui-même. Quand on sait, grâce à quelque page disséminé dans le roman, qu’un grand méchant guette derrière et prépare une vengeance, on sent la future bataille.

Je trouve juste que les personnages (il y a les apprentis, les palefreniers, le mage et bien d’autres) manquent un peu de profondeur et d’histoire.

Un livre très rafraichissant ! Bien que court (et que je pense que trois tomes auraient pu en former un seul), il me tarde d’avoir le second tome en main dont la sortie est prévue pour le 19 avril 2012 !

Elantris de Brandon Sanderson

6 Jan

Je me sentais un peu en manque de fantasy et puisque Brandon Sanderson a l’air d’être plutôt apprécié des lecteurs pourquoi ne pas lire Elantris petit pavé de presque 700 pages. D’ailleurs, j’ai été étonné de le trouver si peu épais alors qu’à la base, on retrouvait chez Orbit, Elantris scindé en deux romans « La chute » et « Rédemption ». J’avais le coup de foudre pour la couverture du deuxième opus d’ailleurs.

En tout cas, j’ai été transporté par ce roman !

Chaque chapitre suit un des trois personnages principaux. Le jeune prince Raoden, sa fiancée venue outre-mer, Sérène et le gyon Rahten, un genre de prêtre qui vient prêcher sa foi.

Elantris est la grosse énigme du livre. De cité flamboyante, elle fût du jour au lendemain un genre de tombeau pour tous ceux qui attrapait sa maladie. Quand le prince Raoden se voit défiguré par le Shaod (considéré comme une punition venant d’Elantris), il n’a pas le choix et se retrouve dans la cité d’Elantris. Il y trouve des congénères qui ressemblent plus à des zombies qu’à des êtres humains. Mais Raoden, lui, il ne veut pas finir comme ça, il veut faire bouger les choses et par la même occasion découvrir pourquoi Elantris est tombé.

De son côté, Sérène qui n’a jamais vu son fiancé, accoste dans ce pays inconnu pour découvrir qu’il est mort. C’est douloureux. Elle qui a atteint un âge où elle devrait déjà être marié et mère de famille, la voilà abandonné. Mais d’un caractère bien trempé, elle va se battre pour avoir sa place au palais, à travers les complots qui s’y installe.

Rien que ces deux personnages ont l’air assez stéréotypé dit comme ça. Mais j’ai trouvé cela comique et au final, j’y ai pris goût. Le prince est d’un naturel optimiste qui malgré ses souffrances garde le sourire, la princesse est à mille lieux de la petite chose fragile, au contraire, elle a un tempérament de feu et ne se laisse pas faire. Autour d’eux gravite, une multitude de personnages plus ou moins travaillé.

Si une part de l’histoire donne voix à Rahten, ce prête d’une religion qui semble bien élitiste, ce n’est pas pour rien. Puisque le roman est englobé par la religion, la croyance. On pensait que les Elantriens étaient des dieux mais vu leur chute, d’autres religions espèrent prendre le dessus pour les habitants de la région.

Dès le départ, l’auteur emploie les termes propres au monde qu’il a créé, sans vraiment d’explication. Du coup, je n’ai pas toujours compris la différence entre l’une ou l’autre religion.

Il y a très peu de magie dans ce roman, mais il  n’en est pas moins phénoménal, plein de rebondissement et d’aventure ! Une chouette découverte!

Frey de Chris Wooding

6 Déc

Pirate, voleur, menteur, mercenaire, séducteur, bretteur… autant de qualificatifs qui conviennent parfaitement pour décrire Darian Frey. À bord de son aéronef, il est le chef d’une petite bande d’aventuriers vivant chichement d’activités illégales. Notre ami est très loin du portrait du héros, et il s’en contente parfaitement. La fin justifiant les moyens, son équipage s’en sort toujours avec les moyens du bord : arnaque, magie noire, lames bien affûtées… Courir très vite peut aussi s’avérer utile, souvent. L’important, c’est de faire profil bas, et que son aéronef ait assez de fuel pour voler. Bref, le cap’taine est beaucoup de choses… mais sûrement pas un assassin de sang froid. Pourtant, à la suite d’un casse facile qui augurait pourtant le meilleur pour leur compte en banque, tout dérape : Frey gagne le titre d’ennemi public numéro un, pourchassé par toutes les forces de la Coalition. Cette histoire puant la conspiration à plein nez, Frey devra faire preuve de toutes ses capacités criminelles pour éviter la corde.

Un roman Milady qui m’a tapé dans l’œil, pour une fois que je lis attentivement la 4ième de couverture!

Le premier trait qui m’a attiré est le monde de la piraterie. Mais l’équipage que nous suivons fait plutôt dans les larcins, la vente illégale et autres petites choses pour pas qu’on les remarque trop (Les pirates de ce monde étant bien plus violant et sanguinolant). Le livre mélange beaucoup de genre puisque piraterie il y a, mais également des éléments de science-fiction et de fantasy !

L’histoire est très mouvementé, pleine d’action à chaque chapitre dont les premiers se terminent souvent par la fuite de l’équipage.[moui XD] On visualise très bien chaque moment, à la manière d’un film.

Frey est donc le capitaine de la Ketty Jay et la seule chose qui compte est son aéronef, rien à battre de son équipage.

Un équipage très éclectique ! Le mécanicien d’origine d’un peuple d’esclave, un démoniste, un médecin alcoolo, un peureux amoureux fou de sa machine et bien d’autres qui sont sous les ordres du capitaine, Frey [Je ne cite même pas ma préféré, leur navigatrice Jez]. Ils ont tous du passé bien lourd derrière eux, ce qui donne une place d’importance à chacun. On est très loin de la franche camaraderie qu’on pourrait retrouver dans d’autres romans entre les personnages.  Est-ce que cela va évoluer au cours du livre ?

S’ils se contentaient de menu larcin, un jour, ils tombent sur l’aventure au trésor qui les coulera, et Frey devient « ennemi public numéro 1 ». Loin de l’abandonné, l’équipage reste à bord de la Ketty Jay et tente de sortir de là.

On a droit à des combats d’épées mais également des armes à feu, des aéronefs croulants, d’autres magnifiques, des complots, un golem, des secrets, un brin de magie face à de nouvelles technologies, des courses poursuites, pas mal d’éléments en tout cas qui peuvent plaire à chacun !

Ce n’est de la haute littérature, c’est là pour voyager et se relaxer. Plaisant, émouvant, amusant, les émotions sont là pour être ressenties.

Un agréable moment de lecture !

Un grand merci pour ce partenariat organisé par Livraddict avec les éditions Milady.

 

L’apprenti assassin de Robin Hobb

15 Nov

Au royaume des six Duchés, le prince Chevalerie, de la famille régnante des Loinvoyant – par tradition, le nom des seigneurs doit modeler leur caractère- décide de renoncer à son ambition de devenir roi-servant en apprenant l’existence de Fitz, son fils illégitime. Le jeune bâtard grandit à Castelcerf, sous l’égide du maître d’écurie Burrich. Mais le roi Subtil impose bientôt que FITZ reçoive, malgré sa condition, une éducation princière. L’ enfant découvrira vite que le véritable dessein du monarque est autre : faire de lui un assassin royal. Et tandis que les attaques des pirates rouges mettent en péril la contrée, Fitz va constater à chaque instant que sa vie ne tient qu’à un fil : celui de sa lame…

J’ai tellement entendu parler de cette écrivaine (oui, c’est une femme) de fantasy qu’un jour, je me devais de prendre au moins un de ces ouvrages… au final, c’est plutôt toute la série qui m’est tombé dessus dans une brocante ! Cette saga qui commence avec « l’assassin royal » compte 13 tomes… mais s’intègre au milieu, la série « les aventuriers de la mer » (9 tomes) et ainsi de suite. Mais il semble que ces deux sagas soient les plus belles donc je pense que je me limiterais à celles-ci.

Pas le temps de soufflé qu’on commence rapidement par l’introduction du personnage principal, Fitz. Batard du prince, Chevalerie, il fût emmené à 6 ans auprès du roi qui décida de le garder à l’œil en lui permettant d’avoir une bonne éducation pendant que la nuit, un maître lui apprenait l’art de tuer.

Nous suivons 9 ans de sa vie au château de Castelcerf. Sans réel attache que ce soit Burich, le maître chiens ou auprès de la famille royal. Il détient un pouvoir naturel, Le Vif qui semble être un sujet tabou mais qui lui permet de se lier, entre autre aux chiens. Le pouvoir contraire au Vif est l’Art dont l’apprentissage est réservé à la royauté.

Fitz est vraiment attachant. Il nous raconte comment il vit (survit) à sa condition un peu spécial dans ce château, il mûrit à travers diverses épreuves, son entrainement d’assassin, l’amène à voir au-delà, à surveiller les détails de ce qu’il voit sans pour autant qu’il accepte de tuer sans état d’âme.

Autours de son histoire qu’il nous conte gravite plusieurs personnages, tous plus intriguant, attachant ou insolant. Robin Hobb écrit tellement remarquablement bien que malgré que le roman soit à la première personne, les lieux, les personnages, les évènements sont très bien détaillés ! Pas de lourdeur pour autant !
Pour le moment, j’ai un coup de cœur pour « Le fou » du roi, un être énigmatique qui parle en phrase cachée.

En plus de son évolution, l’action reste présente entre autre suite aux attaques des pirates rouges… dont j’espère en savoir plus dans les tomes suivants ! Un tome au final CAPTIVANT!

Assassin Royal Series
L’Assassin Royal, tome 01 : L’Apprenti assassin
L’Assassin Royal, tome 02 : L’Assassin du Roi
L’Assassin Royal, tome 03 : La Nef du crépuscule
L’Assassin Royal, tome 04 : Le Poison de la vengeance
L’Assassin Royal, tome 05 : La Voie magique
L’Assassin Royal, tome 06 : La Reine solitaire

 

Récap#2

1 Nov

Je pensais faire à la base un petit mois pour octobre… pas très envie de lire surtout après presque 50 tomes de différents mangas à lire.
[Il semble que j’ai des problèmes de mise en page d’un hébergeur à l’autre =.=]

Octobre 2011

Jeunesse/Young Adult

Les vampires de Manhattan, Bloody Valentine de Melissa de la CruzUn recueil de nouvelles nous permettant d’attendre le prochain tome. Agréable.

 

 

Je suis numéro quatre de Pittacus Lore
[Avis détaillé ici]

Jolie surprise après, finalement, un film pas si mauvais que ça.

La trilogie Morgenstern, tome 01 : le quadrille des assassins de Hervé Jubert

Je voulais découvrir l’auteur, c’est chose faite! Il a beaucoup d’humour dans son écriture, ses personnages sont haut en couleur et l’action est prenante. Que demandez de plus?

Romance

La tentation interdite de Vivi Anna

Un livre Harlequin offert. Un navet totale, je voulais voir ce que donnait l’Urban Fantasy « typé Harlequin » maintenant je sais et je m’en passerais largement.
Je ne peux même pas le mettre en Urban Fantasy, tellement, j’ai trouvé ça pathétique, juste de la bonne grosse guimauve entre une vampire et un humain.

Audacieuse Nora de Bronwyn Scott

 

Un autre livre Harlequin mais qui se situe au 19ième siècle. Une héroïne forte qui se bat pour le peuple à la sauce Robin des bois. Il y a juste le comte que j’ai trouvé un peu trop romantique. Sinon, une chouette histoire.

Désirs Secrets de Laura Lee Guhrke

C’est le 3ième tome de la série « Jeunes filles en fleurs », Edition « J’ai lu » dans « Aventures et passions ». Encore une fois, j’aime beaucoup l’époque (19ième siècle). On retrouve une héroïne indépendante qui veut ouvrir sa boulangerie quand elle découvre que son voisin va faire remonter à la surface son passé. Ce qui lui mettra des battons dans les roues  dans l’ouverture de sa pâtisserie. L’histoire est très amusante, l’auteur a beaucoup d’humour.

Passé trouble d’Elizabeth Thornton

 

Dans ce genre de roman que l’on vient de m’offrir, Passé trouble fût mon préféré. Un assassinat, une enquête, une amnésie, des secrets, j’ai été totalement conquise!

Fantastique

Les tangences divines de Franck Ferric
[Avis détaillé ici]

 

On retrouve la plume de Franck Ferric aux Editions du Riez. La revisite de certain mythe grecque est plaisant mais le livre a droit à quelques longueurs.

 

Absinthes & Démons d’Ambre Dubois


J’attendais beaucoup de ce recueil qui suit les aventures d’un jeune Lord anglais. Mais ne pas savoir son passé au fil d’histoires qui ne sont jamais liés m’a beaucoup perturbé.

 

Urban Fantasy

Cassandra Palmer, tome 4 : la damnation de l’aube de Karen Chance

 

Assez déçue par ce 4ième volet. Trop d’action, tue la compréhension du lecteur.

 

 

 

Cygne noir, tome 03 : le sacre de fer de Richelle Mead

 

J’adhère toujours autant à cette saga d’urban fantasy!
Vivement le prochain et dernie tome!

 

Gravure d’argent de Yasmine GalenornA l’achat de deux livre Milady, Gravure d’argent nous était offert. Récit assez court d’une des héroïnes de l’auteure (que l’on retrouve dans « Soeurs de la lune »).

 

Mangas

  • Tsubasa Reservoir Chronicle – 28 tomes

Plus complexe qu’il n’apparaît, une œuvre digne des Clamp!

Pleine d’aventure ou on retrouve les personnages des divers œuvres de Clamp.

 

  • XXXHolic – 19 tomes

Plus sombre que « Tsubasa », le manga semble moins attrayant, de même que les dessins sont différents de ceux que Clamp a l’habitude de donner (changement de dessinatrice) pourtant il reste magique!

Deux mangas de Clamp dont les personnages se croisent et interagissent. Un bel effort de la part des auteurs, de beaux dessins et en prime… elles les ont fini!!!

  • Silver Diamond, tome 14 de Shiho Sugiura

Parfois, je trouve cette série un peu longue. Ce tome fait partie de ceux qui ne font pas beaucoup avancé le smilblick. Mais les personnages restent attachant, et des dessins très soignés.

 

  • Trinity Blood, tome 13 de Sunao Yoshida & Kiyo Kujyo

Une longue attente pour ce tome (il n’y avait eu aucune sortie en 2011!). Au tome précédent, on commençait un nouvel arc de la série, où notre héroïne est adulée comme une Sainte. Évidemment, il y a toujours des complots envers le gouvernement religieux. De nouveaux personnages plus énigmatiques que jamais.

On termine en bonus par (re)voir, le jeune vampire, Ion qui s’entraine au combat en vue de  revoir le plus rapidement possible Esther.
Et les dessins qui sont tellement magnifiques!

  • Les gouttes de dieu, 21 de Tadashi Agi & Shu Okimoto

J’en suis venue à les lire plus par habitude que par réel envie… On ne part même pas à la recherche des 13 apôtres dans ce tome mais on découvre un nombre impressionnant de vins français. Pas super fan.

 

Leïlan de Magali Ségura

13 Sep

Il est un royaume mystérieux que l’on nomme Leïlan, le pays des Illusions. Depuis qu’un drame affreux a frappé la famille royale, ses frontières sont fermées et son peuple est opprimé par l’infâme duc Korta. Une rencontre pourrait tout changer : celle d’un jeune messager, Axel, et d’une envoûtante jeune fille aux yeux bleus… Mais un secret entouré de sorcellerie les sépare, un destin tragique qui empêche l’espoir de renaître. Pourtant, au royaume des illusions, les apparences sont trompeuses car un justicier insaisissable met les hommes du duc en échec. Qui est ce héros dont l’identité secrète est jalousement défendue ? Quelle est cette étonnante compagnie qui partage ses exploits ? Une chose est sûre : tout comme eux, vous tomberez amoureux des yeux de Leïlan.

Bragelonne a renouvelé son action de « 10 ans, 10 € ». Un bon moment pour découvrir des auteurs et des livres qui en valent la peine. Si, si, vraiment !

Leïlan fût donc une très bonne découverte comme Ayesha, il y a quelques mois.

Leïlan est sorti d’abord en trois livres chez Milady ; « les yeux de Leïlan », «Pour Eloïse » et « Une nuit sans lune » pour finalement avoir droit à une version intégrale auprès de Bragelonne qui a en prime, ajouté la nouvelle « A Chloé » (découvert dans une anthologie de chez Fleuve Noir).

Quant à Magali Ségura, elle est une auteure française de fantasy qui a écrit quelques nouvelles en plus de sa trilogie sur Leïlan.

Leïlan est un pays en proie à un genre de Robin des bois (c’est clairement la première comparaison qui me vient), le Masque. En proie car le roi, bien trop triste d’avoir perdu sa femme, il y a 17 ans, a laissé son royaume gouverné par le duc d’Alekant. Ce dernier pour garder sa place et prendre le plus de pouvoir possible, incrimine le Masque des temps durs que vit le peuple et la noblesse (surtout la noblesse).
Mais la rébellion du peuple guète et la venue incognito d’un prince du royaume voisin, Pandème vivant sous la protection des 3 Fées va peut-être les aider à vaincre le Duc, c’est en tout cas la rencontre de ce prince, Axel et du Masque qui nous l’apprendra.

Encore une magnifique histoire style «de  cape et d’épée ». Un combat entre le gouverneur du royaume et son peuple auquel on retrouve à sa tête, le Masque, une jeune fille prête à tout pour les libérer.

J’ai donc comparé ça un peu à un Robin des Bois mais je pense que c’est une base classique… un despote qui gouverne, une personne (ici, une élue) qui tente de sauver le pays. Autre ressemblance, mais bien plus légère, ce sont certains compagnons du Masque mais j’ai pris cela plus comme un clin d’œil de l’auteur.

L’auteur donne beaucoup d’humour à son histoire comme l’interaction d’Axel et de son cheval, Niss qui a le don de faire rire à chaque fois. Une jolie complicité existe entre eux.

J’avais peur de me lasser à certains moments mais pas du tout, chaque chapitre apporte son aventure et son action.

Les personnages sont des plus attachants, Axel qui est messager du roi de Pandème se retrouve pour les beaux yeux d’une fille et par l’envie d’aventure dans l’équipe du Masque pour protéger la population de Leïlan. Il est dès lors partager entre son devoir royal et son amour pour une femme.

Cette dernière nommée Vic se montre pleine de courage et de force pour atteindre son but… bien caché au début de l’histoire. Elle est accompagnée par son mentor, Jerry. Un être un peu particulier qui peut changer de forme animale. Sa haine à l’arrivé d’Axel est des plus tordante.

Mon seul reproche est peut-être l’amour trop « Disneyein » entre Axel et Vic. Mais on mettra la faute aux Trois Fées…

[Les Trois Fées s’apparentent à une religion mais cela reste plus une croyance qu’à une méthode de vie pour des gens.]

Leïlan et Pandème ne sont pas les seuls pays (et peuplade) que l’on va découvrir et chaque aventure, chaque évènement aussi petit soit-il, aura au final son importance.

En tout cas une belle aventure, si vous aimez les intrigues, les combats (épée ou pas) et Robin des bois (oui, j’en fais une belle similitude même si on ne peut pas comparer plus loin que ça les deux histoires), ce livre est fait pour vous !