Archive | Challenge Manga RSS feed for this section

Adekan de Nao Tsukiji

23 Juin
 

Adekan de Nao Tsukiji [尚月地]
192 pages
Published March 2012 by Ototo Manga Genre : Seinen
5 tomes en cours
Shirô, un fabricant de parapluies et ancien maître d’armes de l’ombre, rencontre Kôjirô, un lieutenant de police au sang chaud et amoureux de justice. Ils se retrouvent tous les deux confrontés à une série d’enquêtes étranges et rocambolesques dans les bas quartiers de leur ville…

Adekan est clairement ma belle découverte de cette année !

Premier tome sorti en français en mars dernier, il a tout pour plaire que ce soit filles ou garçons ! Même si Adekan est pré-publié dans le Wings, destinée à un public féminin (dans les plus connus, on y a retrouvé Rg Veda et Tokyo Babylon de Clamp), on retrouve beaucoup de dictat propre au shônen comme montrer les culottes des jeunes filles, les gros seins et les combats.[d’où, sans doute, le choix de l’éditeur français de le mettre dans la collection seinen]

Il compte pour le moment 5 tomes au pays du soleil levant et la série est toujours en cours, avec un joli succès pour cette auteure dont c’est la première publication…

Adekan nous emmène dans une époque du Japon où le traditionalisme japonais se voit mélangé avec la culture européenne.  Cela donne des costumes variés et des demeures qui reprennent des styles des deux camps entre autre.

Des personnages loufoques voir délurés ; avec Kojirô, un policier maniaque, aimant son travail, Shirô, un jeune éphèbe, ancien tueur, tenant une échoppe de parapluie, Aguri, une petite sœur qui s’amuse des situations cocasses des deux premiers abrutis et une flopée de personnages plus ou moins récurrents qui les entourent, que ce soit amis ou ennemis.

Le manga a des dessins étoffés et travaillés mais pourtant très fin et délicat. Un régal pour les yeux !

Ce premier tome est découpé en plusieurs histoires. Aucunement liées entre elles. Excepté la dernière qui annonce la trame principale des tomes à venir.

Histoire policière, enquêtes au thème parfois sombre (l’être humain évidemment) avec une part de surnaturel.

Les scènes de combat sont assez incroyables ! Je lis pas mal de mangas de bastons où les scènes sont tellement surréalistes et brouillonnes qu’on ne différencie rien du tout. Ici, c’est juste beau.

Des personnages travaillés, de l’humour décalé, de magnifiques dessins, il est mon coup de cœur de cette année !

Lecture d’un petit bout du manga

Publicités

Dengeki Daisy de Kyousuke Motomi

28 Mar

Cette série a été élu meilleur Shoujo lors d’un « sondage/Battle » sur MN.

 Du coup, je me suis dit « pourquoi pas ? ».

 Et finalement…

 Bien que le nom de l’auteur et même sa façon de parler d’elle-même au masculin, Motomi est bien une femme !

D’ailleurs, ce serait spécial si ce manga avait été fait par un homme, il aurait complètement une autre vision de l’histoire et sa technique de dessin, à mon avis, serait plus masculine. Même si elle se plaint qu’elle n’arrive pas à dessiner des fleurs…

Dengeki Daisy, « l’électrochoc/Électronique Daisy » commence par une jeune fille dont le meilleur ami se fait martyriser, du fait qu’il n’est pas riche. Dans le même cas, elle intervient et se prend toute la haine du groupe de petit bourgeois. Quelques balles de basket lancé par un inconnu les aident à se sortir de là.

 Toru est le nom de cette jeune lycéenne, qui a droit à une bourse pour continuer sa scolarité. Elle a perdu toute sa famille et vit seul grâce à l’aide d’un certain Daisy avec qui elle ne communique QUE par téléphone (texto).

Il est un genre de Daddy longlegs pour Toru.

 Les dessins sont ici, légers et agréable. La Daisy étant une fleur, on en retrouve pas mal.

 L’humour est bien présent, c’est drôle et comique. Après ce qui me rattache à ce manga, c’est la trame cachée derrière sur « Qui est Daisy ? » [on l’apprend assez vite en tant que lecteur] et surtout « qu’elle est la faute qu’il a commise qu’il se sente puni ». Parce que sinon, l’histoire est légère, pas prise de tête.

Une bonne découverte. Je n’en suis pas ‘gagate’ après 5 tomes mais la série a un bon niveau sur plusieurs points. Ce qui pourrait tenter certain d’entre vous.

 

Série en cours (+ de 14 volume) chez Kaze Manga.

Black Rose Alice de Setona Mizushiro

24 Fév

Pour changer, parce que je n’ai pas trop de temps… un manga!

Après son incontournable, “L’infirmerie après les cours”, Setona Mizushiro s’est mise à plusieurs histoires en même temps. Les 6 premiers tomes sont sortis. Ils sont considérés comme un genre de première saison, un premier acte à la saga. Et quelle magnifique saga !

Black Rose Alice pourrait être qualifié d’histoire de vampires mais nous sommes très loin du mythe du vampire.
Ils vivent longtemps et ils se nourrissent des substances qui se trouvent dans le sang humain…
Ce sont des points communs mais en même temps les vampires de Setona Mizushiro, ils ne vivent pas si longtemps car à un moment donné, leur non-vie doit se finir et ces vampires doivent procréer pour que leur espèce puisse continuer à exister, et au final, ce sont les insectes (souvent des araignées) qui vont chercher le sang dans le corps de personnes fraichement décédés pour eux.

Je viens de divulguer deux particularités mais il y a toute une recherche plus approfondie sur leur espèce, qui est vraiment fantastique !

Je vais tenter de ne pas spoiler…

Le premier tome, nous introduit auprès de Dimitri, jeune Ténor du 19ième siècle, fou amoureux d’une jeune noble, Agnieszka. Malencontreusement, suite à plusieurs évènements et sa « transformation » en vampire. Il fuit avec le corps mort d’Agnieszka.

De nos jours, nous retrouvons Dimitri qui propose à une jeune professeure, Azusa de sauver son élève de la mort en échange de son âme…

Ils vont vivre ensemble dans un « nid de vampires » (constitué de 4 beaux males et d’Azusa qui changera de nom en Alice) situé à Tokyo.

En personnage, nous avons le sublime Dimitri… En tant qu’humain, il était doux, gentil, passionné, un brin opportuniste et fou amoureux d’Agnieszka. Quand il devient vampire suite aux « graines » de Sir Bradley, il attrape les caractéristiques de ce noble. Il en devient plus calculateur. Après un siècle, il a compris son devoir en tant que vampire et le fait que la procréation était très importante. C’est pourquoi, il a choisi l’âme d’Azusa pour qu’elle décide quel vampire serait le partenaire parfaire (avec lequel se reproduire).
Dans les 3 autres vampires, il y a Léo. Le plus attentionné, le plus proche de Dimitri, celui pour qui on espère qu’Azusa fera son choix. Après, plus mystérieux, les jumeaux… dont on apprend peu de chance avant le 6
ième tome.

Quant à Azusa profondément amoureuse de son élève alors qu’elle n’y croyait pas, fait ce qui est juste pour elle, en le sauvant. En devenant la « reine des vampires », elle doit faire face à plusieurs problèmes ; déjà le changement de corps (une jolie petite chose fragile de 16 ans), le mythe du vampire, leur manière de subsister qui lui paraît dégoutante (vive les araignées) et ses propres sentiments. Alice évolue au cours des années mais d’Azusa, elle garde ce côté un peu moralisatrice. Mais ce jeune corps lui donne des ailes pour réagir en sale gosse.
Elle n’en reste pas moins attachante, ainsi que tous les autres protagonistes.

Des dessins très soignés, même meilleurs que dans « L’infirmerie après les cours « . J’étais assez étonné de voir la différence en si peu de temps. On peut par contre se désoler d’un manque de décors à l’arrière… Mais la mangaka s’en sort très bien au niveau vestimentaire et surtout pour Alice où elle se lâche totalement!

Ce manga m’aura fait passé divers sentiments; j’ai ris, pleuré, eu pas mal de pincement au coeur (surtout à la fin du 4ième). Enfin, j’ai beaucoup hurlé parce que je ne m’attendais pas à cette intrigue, à cet horrible suspens, à cette merveilleuse histoire dont j’espère avoir vite la suite (mais ça paraît long).

Très bien aboutit, il ne faut pas se laisser distancer par l’étiquette « Shojo », il est vraiment pour tous.

Sinon avec une amie, on remarquait que la reprise par Kaze Manga (d’Asusa) annonçait aussi l’au revoir des pages couleurs [comme ci-dessus] à chaque début du manga… Quelle tristesse!

Baby Challenge 2012

18 Déc

Mon « Mini Challenge Bit-lit 2011 » n’a pas été un énorme succès… [Plusieurs des romans ne m’intéressaient pas, même si j’ai fait de belles découvertes].

Alors je repars pour sa version 2012, proposé par Livraddict.

Nouvelle année = Nouvelle liste de romans

1 ~ Vampire Academy, tome 1 de Richelle Mead
2 ~ Les Chroniques de MacKayla Lane, tome 1 de Karen Marie Moning
3 ~ Chasseuse de la nuit, tome 1 de Jeaniene Frost
4 ~ Mercy Thompson, tome 1 de Patricia Briggs
5 ~ Rebecca Kean, tome 1 de Cassandra O’Donnel
6 ~ La Communauté du sud, tome 1 de Charlaine Harris
7 ~ Georgina Kincaid, tome 1 de Richelle Mead
8 ~ La Confrérie de la dague noire, tome 1 de J.R. Ward
9 ~ Anita Blake, tome 01 de Laurell K. Hamilton
10 ~ Chasseuse de vampires, tome 1 de Nalini Singh
11 ~ Les Ombres de la nuit, tome 1 de Kresley Cole
12 ~ Queen Betsy, tome 1 de Mary Janice Davidson
13 ~ Alpha & Omega, tome 1 de Patricia Briggs
14 ~ Femmes de l’Autremonde, tome 01 de Kelley Armstrong
15 ~ Une aventure d’Alexia Tarabotti, tome 1 de Gail Carriger
16 ~ Kate Daniels, tome 1 de Ilona Andrews
17 ~ Rachel Morgan, tome 1 de Kim Harrison
18 ~ Sarah Dearly, tome 1 de Michelle Rowen
19 ~ Vampire City, tome 1 de Rachel Caine
20 ~ Les Vampires de Chicago, tome 1 de Chloe Neill

J’en ai déjà lu 9/20… et une grande partie des autres livres font parties de ceux que j’aimerais lire! Du coup, j’espère arriver au 20/20 d’ici le 31 décembre 2012!

Edit : j’en suis à 16/20

En outre, puisque j’ai fini mes Challenge Manga, je m’inscris également à ce « Mini Challenge Manga« .

1 ~  Pluto, tome 1 de Naoki Urasawa
2 ~  Fruits Basket, tome 01 de Natsuki Takaya
3 ~  Quartier Lointain, intégrale de Jirô Taniguchi
4 ~  Bride Stories, tome 1 de Kaoru Mori
5 ~  Nana, tome 01 de Ai Yazawa
6 ~  Chi, une vie de chat, tome 1 de Konami Kanata
7 ~  Death Note, tome 01 de Tsugumi Ohba
8 ~  Switch Girl, tome 01 de Natsumi Aida
9 ~  Chobits, tome 1 de Clamp
10 ~  xxx Holic, tome 01 de Clamp
11 ~  Vampire Knight, tome 01 de Matsuri Hino
12 ~  Tsubasa RESERVoir CHRoNiCLE, tome 01 de Clamp
13 ~  Monster, tome 01 : Herr Doktor Tenma de Naoki Urasawa
14 ~  Ikigami, préavis de mort, tome 01 de Motorô Mase
15 ~  Doubt, tome 1 de Yoshiki Tonogai
16 ~  Black Butler, tome 01 de Yana Toboso
17 ~  Alice 19th, tome 1 de Yuu Watase
18 ~  Fullmetal Alchemist, tome 01 de Hiromu Arakawa
19 ~  Love Hina, tome 01 de Ken Akamatsu
20 ~  Bakuman, tome 01 de Takeshi Obata

Bon ici, j’en suis à 15/20. Autant « Pluto » m’interpelle, autant Fullmetal Alchemist me dégoûte… Mais lire le premier tome ne me tuera pas.

Je vais m’en tenir là! J’ai bien assez de quoi faire pour cette future nouvelle année!

Tsubasa Reservoir Chronicle & XXXHolic de Clamp

3 Nov

Comme ce sont deux séries, extrêmement liées, je vais en parler en même temps.

[Première confrontation des deux séries, la première est une planche de TRC et la seconde de XXXHolic]

Si au début, de l’histoire de chacun de ces mangas, on peut largement se passer de lire l’autre série ; on a juste des apparitions, des commentaires des personnages sur l’autre dimension ou de la nourriture qu’ils s’envoient entre eux, ça se corse assez rapidement jusqu’à ne pas pouvoir lire l’une des séries sans l’autre à moindre de perdre de l’information. Des moments qui parraissent anodin dans XXXHolic, on souvent le but d’aider la quête des héros de Tsubasa Reservoir Chronicle… (ou vise versa). Du coup, je conseille de lire ces deux mangas en parallèle. Vous verrez ce n’est que du bonheur.

Tsubasa Reservoir Chronicle -28 volumes

Au Royaume de Clow, le jeune Shaolan découvre des vestiges qu’il tente de déchiffrer mais cela n’apporte que la perte de morceaux d’âmes de la princesse du royaume, Sakura. Par amour pour elle, il décide de traverser les dimensions à la recherche de ses plumes (morceau d’âme). Grâce à la sorcière des dimensions, il sera accompagné d’un escrimeur colérique et d’un espiègle mage… mais surtout d’un adorable Mokona !

[Un rappel du manga X dans TRC]

C’est agréable de revoir tous les personnages jamais dessinés par le studio Clamp, des petites poupées combattantes d’Angelic Layer, aux trois cousins qui jouaient aux détectives, à certains personnages de X ou même de legal drug et Tokyo Babylon. Ils ont tous une autre vie, parfois un autre nom mais ils rencontrent nos quatre personnages principaux dans leurs aventures et leur quête !

XXXHolic – 19 volumes

Le jeune Watanuki est poursuivi par les êtres surnaturels, ça lui grime le dos, ça le pousse, il n’en peut plus surtout qu’il est le seul à les voir. Un jour, il « s’envole » vers la boutique de Yuko, un peu sorcière, diabolique à souhait, un brin tyrannique, un personnage bien folklorique. Sous ses airs de profiteuse, elle embarque Watanuki à son service jusqu’au jour où il aura assez travaillé pour elle pour lui payer le vœu qu’il souhaite.
Comme dit précédemment, Yuko est génial, une sans gêne totale et complètement manipulatrice.

[Rencontre entre Yuko et Watanuki]

Ce sont deux séries distinctes, la seconde un peu plus sombre que la première. Mais elles sont riches en émotions, en magie et en surprise !

De plus, je trouve les dessins toujours aussi sublimes ! Même si pour XXXHolic, il y a plus de noirceurs, de formes géométriques droites (au lieu des arrondies).

En fin, ce sont deux séries qui peuvent être lues séparément mais on en perdrait en compréhension. Un régal pour les yeux, n’hésitez pas à vous laisser tenter.

L’épouse du dieu des eaux de Yun Mi Kyung

22 Août

L’éditeur « Clair de Lune » s’est lancé dans l’aventure de nous sortir cette fresque « historique-romanesque », tiré tout droit des légendes coréennes de « Habaek, le dieu des eaux ». La série est encore en cours en Corée… avec l’apparition bientôt du 15ième tome.

« Habaek » a été un vrai coup de cœur pour moi… tout simplement grâce à ces dessins détaillés (mais pas surchargés !).

Tout commence par un souvenir ; une petite fille à qui on annonce qu’elle est liée par le fil rouge (du destin) à deux hommes. Quelques années plus tard, Soah se voit vendue pour devenir la femme du dieu de l’eau, Habaek. On dit qu’il est un monstre effroyable. Mais pour le bien de son village, elle espère bien donner sa vie pour que la pluie tombe à nouveau sur leurs champs.

Finalement, la mer emporte Soah et elle échoue… dans le royaume des eaux.

Elle découvre la vie des dieux, les complots et les intrigues « de la cours » et petit à petit son mari… qui a la particularité d’avoir la taille d’un enfant.
A côté, elle tombe dans les bras d’un jeune homme découvert au clair de lune qui est bien plus proche d’elle que Soah pense.

A ce niveau-là, je dois m’arrêter car ce serait du spoiler intégral… bien qu’on l’apprenne assez vite que Habaek et ce mystérieux inconnu ne font qu’un, il faut attendre plusieurs tomes avant que Soah s’en rende compte également (même si elle s’est posé la question).

Si dans un premier temps, l’histoire tourne autour de Soah et Habaek. L’auteur va finalement plus loin et se permet des chapitres du passé pour comprendre le présent. (c’est que les intrigues de la cours sont légions, les liens du sang ont s’y perd facilement également… du coup, ces « regardons le passé » sont très important et intéressant).

Soah reste une jeune femme qui ne veut que le bonheur (le sien et celui des autres) sans réellement avoir une petite touche qui en fait l’héroïne à qui on s’attache. (malheureusement). Habaek prend toute la charge de l’histoire !

L’auteure met plusieurs personnages en avant à leur côté comme cet étrange médecin ou bien encore Houyé, le général de Habaek qui donne l’occasion de penser qu’un trio amoureux aura lieu (alors qu’au final, c’est bien plus compliqué et intriguant que cela). Mais on a cette impression qu’au final, tout ce joli monde se retourne contre le couple. (ils n’ont pas de chance).

Au final, cela a tout du livre pour jeunes filles avec une part de légende mais surtout un graphisme exceptionnel que ce soit des personnages ou des décors.

Arakure, princesse yakuza de Kiyo Fujiwara

12 Fév

J’avais lu de très bons échos de ce manga. Du coup, je ne voyais pas pourquoi je n’aurais pas essayer…

Débuté en 2005, il compte 10 tomes.

Sachie Wakamura, 16 ans vient de perdre sa mère, le dernier membre de sa famille. Enfin, c’est ce qu’elle pensait lorsqu’un homme vient se présenter devant elle en disant qu’il est son grand-père. La mère de Sachie serait partie du foyer pour vivre une vie normale auprès de l’homme qu’elle aime. Car cet homme, qui est son grand-père est surtout le parrain d’une bande de yakuza.
Sans attaches, Sachie va le suivre et vivre dans cette maison remplie de yakuza. D’abord effrayé, elle se voit « offrir », Rakuto Igarashi, qui devra prendre soin d’elle.

Rakuto la considère comme une chose très précieuse, quand ils vont en cours ensemble (il doit avoir 18 ans), chaque élèves les prennent pour des personnes de haut lignage.

C’est un manga bourré d’humour. Entre les yakuza qui tentent par tous les moyens de faire plaisir à Sachie (ils ont l’air de bons gros nounours) et Sachie qui oublie qu’elle vit seule parmis des hommes, cela engendre des quiproquos, des situations salaces.

Sachie est très gentille et ne sait pas trop où se mettre. J’ai même cru un moment qu’elle manquait totalement de personnalité. Mais elle arrive à se comporter comme un yakuza quand il le faut. Elle prend de l’assurance et elle trouve tout doucement sa place dans ce milieu.

Rakuto est le beau mec, idolâtré par toute  l’école. Il vient toujours en aide à tout le monde mais il n’en reste pas moins un yakuza. Dont, il garde précieusement le secret.

Evidemment, tous les deux vont avoir un sentiment amoureux qui pour Rakuto semble impossible puisqu’elle est la princesse, la petite-fille du patron. Il fait un peu le mouton, du coup. Et il préfère la voir heureuse sans trop se mouiller lui-même.

Les dessins sont très jolis et aérés. Ce n’est pas toujours aussi joli que les couvertures le laissent présager mais c’est agréable, pas trop fleuri (dans le milieu yakuza, évidemment on retrouve de gros tigres et dragons), etc.

Je ne connaissais pas non plus l’éditeur 12bis. Je trouve qu’il a fait un bon travail d’adaptation en tout cas.

Donc voilà, j’avoue que je ne comprend pas trop les commentaires sur un « manga innovant« , « meilleur manga de l’année » de certaines personnes. J’ai tout de même continué à lire la suite (les 3 premiers tomes). Ca garde la même trame, un autre garçon va s’immiscer entre les 2 protagonistes, on va en savoir plus sur la mère de Sachie, etc. C’est sympa à lire.

[Edit 2012] Je vois que lors de recherche « google », les gens se posent la question… Effectivement 12 Bis a arrêté la publication de ce manga au tome 6!!! Si l’anglais ne vous pose pas de problème, vous pouvez retrouver les 4 derniers tomes auprès de l’éditeur Viz!