Archive | Fantastique RSS feed for this section

Adekan de Nao Tsukiji

23 Juin
 

Adekan de Nao Tsukiji [尚月地]
192 pages
Published March 2012 by Ototo Manga Genre : Seinen
5 tomes en cours
Shirô, un fabricant de parapluies et ancien maître d’armes de l’ombre, rencontre Kôjirô, un lieutenant de police au sang chaud et amoureux de justice. Ils se retrouvent tous les deux confrontés à une série d’enquêtes étranges et rocambolesques dans les bas quartiers de leur ville…

Adekan est clairement ma belle découverte de cette année !

Premier tome sorti en français en mars dernier, il a tout pour plaire que ce soit filles ou garçons ! Même si Adekan est pré-publié dans le Wings, destinée à un public féminin (dans les plus connus, on y a retrouvé Rg Veda et Tokyo Babylon de Clamp), on retrouve beaucoup de dictat propre au shônen comme montrer les culottes des jeunes filles, les gros seins et les combats.[d’où, sans doute, le choix de l’éditeur français de le mettre dans la collection seinen]

Il compte pour le moment 5 tomes au pays du soleil levant et la série est toujours en cours, avec un joli succès pour cette auteure dont c’est la première publication…

Adekan nous emmène dans une époque du Japon où le traditionalisme japonais se voit mélangé avec la culture européenne.  Cela donne des costumes variés et des demeures qui reprennent des styles des deux camps entre autre.

Des personnages loufoques voir délurés ; avec Kojirô, un policier maniaque, aimant son travail, Shirô, un jeune éphèbe, ancien tueur, tenant une échoppe de parapluie, Aguri, une petite sœur qui s’amuse des situations cocasses des deux premiers abrutis et une flopée de personnages plus ou moins récurrents qui les entourent, que ce soit amis ou ennemis.

Le manga a des dessins étoffés et travaillés mais pourtant très fin et délicat. Un régal pour les yeux !

Ce premier tome est découpé en plusieurs histoires. Aucunement liées entre elles. Excepté la dernière qui annonce la trame principale des tomes à venir.

Histoire policière, enquêtes au thème parfois sombre (l’être humain évidemment) avec une part de surnaturel.

Les scènes de combat sont assez incroyables ! Je lis pas mal de mangas de bastons où les scènes sont tellement surréalistes et brouillonnes qu’on ne différencie rien du tout. Ici, c’est juste beau.

Des personnages travaillés, de l’humour décalé, de magnifiques dessins, il est mon coup de cœur de cette année !

Lecture d’un petit bout du manga

Quadruple assassinat dans la rue de la morgue de Cécile Duquenne

15 Juin
 

Les nécrophiles Anonymes, Quadruple assassinat dans la rue de la morgue Cécile Duquenne
>190 pages
Published April 20th 2012 by Voy[el]
Cover by Jérémie Fleury
Népomucène, préposé à la Morgue, mène une vie tranquille et nocturne en compagnie de Bob, vampire d’environ 150 ans d’âge. Lorsqu’il manque devenir la cinquième victime d’un mystérieux assassin, son ami de longue date mène l’enquête. L’immortel est certain qu’une autre créature surnaturelle a commis le massacre. Ainsi commencent les aventures des Nécrophiles anonymes.

 

Après Entrechats, Cécile Duquenne sort son second roman grâce aux éditions Voy[el] ! Premier tome de la série/saga ? « Les nécrophiles anonymes », « Quadruple assassinat dans la rue de la morgue » s’apparente à une novella. En résumé, c’est plus court qu’un roman.

Et je trouve que l’auteure a très bien réussi l’exercice. Ce n’est pas toujours facile de réaliser un roman construit et détaillé quand on a un frein… celui du nombre de mot.

On peut s’étonner d’avoir un narrateur, Népomucène [je ne savais pas que ce prénom était encore d’actualité XD], un peu sans saveur au premier abord. Il n’est pas sociable, n’a pas vraiment de vie à part son travail à la morgue, il n’est pas beau, n’est pas spécialement courageux et intrépide, qu’est-ce qui va faire qu’on va suivre son blabla quotidien sur sa vie de non-dépravé ?

Pourtant on s’attache, on découvre grâce à lui sa vie, son petit entourage un peu particulier et ses péripéties.

Son entourage compte un vampire, Robert Joachim Charles-Henry de Bruyère, communément appelé Bob avec qui Népo expérimente de nouvelles idées sur les corps que l’on apporte à la morgue. Un personnage haut en couleur et en répartie. Loin des vampires de jeunettes que l’on retrouve beaucoup maintenant, celui-ci aurait plus l’apparence, le côté dandy d’un Anne Rice. Le second ami est un taxidermiste, Edgar qui rêve d’empailler un loup-garou.

Des personnages atypiques, capable de boire une bière et d’être fans de Buffy… moi, je dis bravo.
J’ai ris (humour noir, référence culturel), j’adore les relations qu’entretiennent les personnages, j’ai apprécié le retournement de situation finale (j’aurais été très déçue s’il n’avait pas eu lieu), des autres personnages et de leur passé, une écriture fluide et bien d’autres…

Petit livre [par le nombre de pages] fantastique à mettre dans toutes les poches !

The Mortal Instruments, tome 4 : City of Fallen Angels de Cassandra Clare

5 Juin

 

The mortal Instruments, City of Fallen Angels Cassandra Clare 424 pages

Published April 5th 2011 by Margaret K. McElderry Books

The Mortal War is over, and Clary Fray is back home in New York, excited about all the possibilities before her. She’s training to become a Shadowhunter and to use her unique power. Her mother is getting married to the love of her life. Downworlders and Shadowhunters are at peace at last. And—most important of all—Clary can finally call Jace her boyfriend. But nothing comes without a price 

Le 4ième tome de la série “Mortal Instruments/La Cité des Ténèbres”. Il se lit, suite à l’avis de l’auteure, tout de même après la sorte de prologue, « The Infernal Devices ». (Il est vrai qu’on mentionne les personnages).

Sortie française le 7 juin 2012

Après une discussion sur Livraddict avec Alohomora-Vanessa, je me suis dit qu’il était temps de m’y remettre.

J’ai mis un certain temps à me décider… pour moi, la série se finissait avec le 3ème tome. D’ailleurs, on peut dire qu’avec City of Fallen Angels, nous entamons un nouveau cycle.

On retrouve très vite le ton « Cassandra Clare »… donnant plein d’humour à ses personnages.

Après les évènements de la première trilogie, l’esprit des personnages est à la fête avec les préparatifs du mariage de la mère de Clary.

L’auteure nous avait prévenue, bien qu’écrit à la 3ième personne, le livre ne se cantonne plus à suivre seulement « Jace » et « Clary » mais également son meilleur ami, Simon. Devenu vampire à part entière (sa capacité à vivre à la lumière du jour), il tente de continuer à vivre en tant qu’humain. Pas facile du tout, surtout quand on a des nouveaux pouvoirs qu’on ne sait pas utiliser et des ennemis inconnus. Cela donne une meilleure consistance au livre, un autre regard et une touche d’humour plus approfondie car Simon sera celui qui fera le plus rire. Bien qu’il fasse le jerk a sortir avec deux filles… si vous aviez déjà votre avis sur la question (Maia ? Isabelle ?), l’auteure vient mettre sa goutte qui peut clairement vous faire changer de camp ! D’ailleurs côté cœur, tous les personnages vont en patir… aucun ne sera heureux dans ce tome, les problèmes s’ajoutent et s’accumulent !

Première impression, il y a peu de moments Clary et Jace. Rien d’étonnant, Cassandra Clare aime les voir souffrir. Ca a du charme de les voir s’éloigner l’un de l’autre… même si ça rend Clary, un peu comme dans le tome 1, c’est-à-dire « celle à baffer ».

Des nouveaux personnages… une ancienne amie de Magnus, un ex de Maia, une « mère » démoniaque [que je me serais bien passé parce qu’on l’a cite beaucoup en littérature pour le moment], un mort en sursis… Assez de personnages qui gravitent autour des héros, apportant leur contribution à, finalement, chouette tome, plein de suspens et d’intrigue.

Après, j’avoue que je me demande (métaphoriquement parlant) pourquoi, l’auteure a continué cette série, surtout de cette manière. C’est un peu comme avoir une autre saga avec plusieurs livres qui font une partie de cette saga… ça pourrait n’avoir jamais de fin. Maintenant, il faut voir si cela reste passionnant ou si au contraire, on attend qu’une chose, que cela cesse !

Personnellement, j’aime beaucoup…

Anita Blake, tome 12 : Rêves d’incube de Laurell K. Hamilton

5 Avr

Tranquillement, je continue la série des Anita. Entre mes versions poches et mes versions anglaises… (vraiment pas mon genre, surtout que je voulais les mêmes formats).

Un début assez drôle puisqu’on se retrouve dans un mariage où la décoration (ainsi que les robes des demoiselles d’honneur) sont inspirés par… Halloween. Un mauvais goût certain de la part des mariés !

N’empêche WOW… 1000 pages avec peu d’histoire, peu d’enquête. Après les 300 premières pages, j’ai cru qu’on retournait au point essentiel, l’enquête. Je conçois qu’il faut parler de l’ardeur, la faire évoluer (pour qu’Anita la maîtrise et qu’on en parle plus ?) mais ce tome m’est un peu sorti par les orbites des yeux, tellement il était construit sur ce sujet (l’ardeur).

Du coup, ce n’était pas très bon, vraiment pas…

Le titre des livres a toujours un rapport avec un lieu (une boîte, un bar, etc.), c’est le cas également de « rêves d’incube ». Mais c’est tellement mis sur le côté, toute l’enquête paraît bien fade quand elle est entouré par les besoins physiques d’Anita (et ses NOMBREUX partenaires).

Par contre, je trouvais depuis quelque temps qu’Anita avait changé ; elle réfléchissait plus avant d’agir, était plus « forte », ce genre de chose. Mais ses changements n’étaient pas déplaisant. Dans ce tome, on découvre un « pourquoi tant de changement » qui n’ont rien à voir avec un « évolution de la personne suite à ses rencontres, son expérience ». C’était donc très chouette, j’espère juste que du coup, ils (car c’est lié à plusieurs personnes) ne vont pas tous changé >.<

J’aime cette série, ce n’est pas ce volume qui va me dégoûté et m’arrêter là… Mais j’avoue ne pas avoir autant profité de ce tome que les précédents.

Anita Blake : Vampire Hunter Series

Anita Blake, tome 01 : Plaisirs Coupables (Guilty Pleasures)
Anita Blake, tome 02 : Le cadavre rieur (The laughting Corpse)
Anita Blake, tome 03 : Le Cirque des Damnés (Circus of the Damned)
Anita Blake, tome 04 : Lunatic Café (The Lunatic Café)
Anita Blake, tome 05 : Le Squelette Sanglant (Bloody Bones)
Anita Blake, tome 06 : Mortelle Seduction (The Killing Dance)
Anita Blake, tome 07 : Offrance Brulée (Burnt Offering)
Anita Blake, tome 08 : Lune Bleue (Blue Moon)
Anita Blake, tome 09 : Papillon d’Obsidienne (Obsidian Butterfly)
Anita Blake, tome 10 : Narcisse enchaîné (Narcissus in Chains)
Anita Blake, tome 11 : Péchés Céruléens (Cerulean Sins)
Anita Blake, tome 12 : Rêves d’Incube (Incubus Dreams)
Anita Blake, tome 13 : Micah (Micah and Strange candy)
Anita Blake, tome 14 : Danse Macabre (Danse Macabre)
Anita Blake, tome 15 : The Harlequin (Arlequin)

 

Anita Blake, tome 11 : Péchés Céruléens de Laurell K. Hamilton

29 Fév

C’est dingue comme il y a un nombre important de gens qui ont détesté Anita Blake après le tome 9. Moi, j’adore.

Et ce tome 11 est extraordinaire ! Je crois que c’est l’un des tomes où j’ai le plus ris. Non pas parce que c’est drôle, c’est plutôt sanglant mais parce que les joutes verbales, les quiproquos, les réactions des personnages sont tordantes !

Une grosse partie du livre donne la belle vie à l’arrivée d’une partie du Conseil, ou du moins des « descendants » de Belle-Morte, la créatrice (la sourdre de sang, en français dans le texte… je vous laisse voir la définition dans un dico) de Jean-Claude et d’Asher. La politique vampirique en vue… et comme toujours, ce n’est pas de tout repos pour nos héros.

On en découvre plus sur le passé de JC et d’Asher… Ce dernier fait pâle figure, il semble être traumatisé totalement avec la venue de ces congénères.

Il y a tellement de personnages dans la série qu’on ne peut pas en vouloir à l’auteure de ne pas s’attarder sur chacun… Evidemment, je regrette un peu Micah mais le peu que l’on a de lui, m’a plût. De même que Jason qui donne de bonnes idées à notre petite Anita. Je l’ai trouvé très intelligent sur la perception de ce qu’est notre réanimatrice. Un mini-retour de Richard dans ce tome où le mot « pénible » lui colle très bien comme étiquette.

En ce qui concerne l’importance du sexe dans ce roman, cela est dû à l’ardeur, ce qui amène Anita à devoir avoir plusieurs hommes sous la main en cas de crise. Du coup, pour moi, l’idée passait bien. Après Anita est un peu prude quand même.

D’un autre côté, Anita est devenue Sheriff ! Cela devrait lui faciliter les choses avec la police enfin, on l’espère…  L’enquête du roman est assez courte et finalisée très rapidement. Je me demande même s’il y aura une suite à ça car l’implication d’Anita est assez bizarre.

Enfin, le livre est assez épais et on va parfois un peu dans tous les sens dans cette saga. Il y a pléthore de personnages (beaucoup de mâles) et Anita garde son côté brute qui donne du piquant à l’histoire. C’est vraiment très addictif comme roman… trop >.<

Anita Blake : Vampire Hunter Series

Anita Blake, tome 01 : Plaisirs Coupables (Guilty Pleasures)
Anita Blake, tome 02 : Le cadavre rieur (The laughting Corpse)
Anita Blake, tome 03 : Le Cirque des Damnés (Circus of the Damned)
Anita Blake, tome 04 : Lunatic Café (The Lunatic Café)
Anita Blake, tome 05 : Le Squelette Sanglant (Bloody Bones)
Anita Blake, tome 06 : Mortelle Seduction (The Killing Dance)
Anita Blake, tome 07 : Offrance Brulée (Burnt Offering)
Anita Blake, tome 08 : Lune Bleue (Blue Moon)
Anita Blake, tome 09 : Papillon d’Obsidienne (Obsidian Butterfly)
Anita Blake, tome 10 : Narcisse enchaîné (Narcissus in Chains)
Anita Blake, tome 11 : Péchés Céruléens (Cerulean Sins)
Anita Blake, tome 12 : Rêves d’Incube (Incubus Dreams)
Anita Blake, tome 13 : Micah (Micah and Strange candy)
Anita Blake, tome 14 : Danse Macabre (Danse Macabre)
Anita Blake, tome 15 : Arlequin (The Harlequin)
Anita Blake, tome 16 : Blood Noir
Anita Blake, tome 17 : Skin Trade
Anita Blake, tome 18 : Flirt
Anita Blake, tome 19 : Bullet
Anita Blake, tome 20 : Hit List

 

L’écrin doré des songes de Virginie Zurbuchen

15 Fév

Le système solaire d’Exode abrite de sombres secrets. La disparition récente d’un policier nommé Kain va permettre de nombreuses découvertes et fera naître une improbable collaboration entre deux hommes que tout sépare : un inspecteur et un meurtrier.

Mais cet assassin au corps de rêve est le seul à pouvoir servir de guide dans l’endroit le plus dangereux du système.

L’enquête pour retrouver Kain lèvera le voile sur un point méconnu de l’Histoire d’Exode. Une simple petite boîte dorée sèmera la panique chez ceux, rares, qui savent ce qu’elle est capable de faire.

Cela fait un moment que je voulais lire un livre de cette jeune auteure qui a eu le cran de s’auto-éditer et de créer la  Collection X Arrow.

Qu’est-ce que cela veut dire ? Que ses livres sont disponibles sur le site « thebookedition.com » qui permet aux auteurs de faire connaître leurs livres, de les publier sans devoir déjà imprimer le livre xxx fois. C’est le site qui s’en occupe au fur et à mesure qu’il reçoit les commandes.

Quant aux éditions X Arrow, cela regroupe les écrits de divers auteurs dont les sujets de livre ont un minimum de thème sur le boy’s love (homosexualité).

Je ne connais pas du tout les écrits de V. Zurbuchen et quand je voyais le nombre de livres qu’elle avait déjà sorti, je me suis dit qu’ils devaient être pour la plupart bâclés, bourrés de fautes et non relus.

Finalement, suite à une « promo » ; 20% sur sa série « L’écrin doré des songes », j’ai fait le pas de les acheter.
[« promo » toujours en cours jusqu’au 27 février 2012]

Ce premier tome ?

 « L’écrin doré des songes » de Virginie Zurbuchen est le premier volume d’une saga Space-Opera (à la Star Wars, si vous voulez) dont la première partie compte 4 tomes.

Hé bien, j’ai vraiment adoré !

Le chapitre d’introduction, nous présente les différentes planètes, les évènements passés, les guerres, les espèces, etc. j’ai trouvé que l’auteure était en plein cafouillage au sujet des planètes [bon ce n’est que quatre pages, hein]. C’est peut-être très clair dans sa tête mais pas nécessairement pour ceux qui lisent. [Surtout quand on doit se rappeler la différence entre Exo, Exode et Exodus]. Par contre, quand on entre dans le vif du sujet, j’ai été transporté !

Nous sommes donc dans un autre système solaire, Exode. Sur une des planètes (la principale), nous suivons l’enquête de Kyuwa, un humain et Sen, une femme papillon, sur la mort de deux individus. Leur enquête les amène a arrêté Xin, un homme papillon (et pilote).

Dans un même temps, le fiancé de Kyuwa est porté disparu lors d’une mission sur une autre planète et Kyuwa n’a qu’une envie, c’est de partir à sa recherche.

Ce qui fait que le destin de Kyuwa et de Xin ne peut être que lié… puisque l’un est un pilote hypra-doué et l’autre a besoin d’un super pilote. On fait fi de la loi et des sentiments, et en route pour l’aventure !

L’intrigue est bien présente… loin d’être une simple recherche d’un fiancé, on se rend vite compte qu’il y a le destin de l’humanité en jeu. C’est là, d’ailleurs, qu’entre en jeu l’écrin doré des songes… Je n’en dis pas plus.

On sent une réelle recherche d’étoffer et de créer un roman construit.

Par contre deux points qui me chiffonnent : j’aurais aimé que l’auteure mentionne par exemple, les changements de décors entre deux paragraphes, style « Prison Pôle Sud » parce que parfois, on ne s’y attend pas. Ce n’est pas très clair au début du roman. Second, je trouve l’auteure expéditive dans sa narration. Rester sur un sujet, aller plus profondément dans une idée, ça ne fait pas de mal. Mais c’est des choses qui peuvent changer avec l’évolution de l’écriture d’un auteur.

En tout cas, pour le moment, j’ai beaucoup apprécié les personnages, que je suis sûr, on découvrira au long de cette saga. J’aime beaucoup, Sen, la co-équipière de Kyuwa qui semble « lointaine » et froide mais qui est au final, un peu finaude sur les bords. Quant au couple de l’histoire, je ne les ai pas trouvé insipide, ou fleur bleu. C’est assez drôle de les voir se chercher au début. Pour ceux qui ont peur des scènes de sexe. Il y en a peu et elles sont assez légères.

En tout cas, on sent la relecture derrière. Pas de peur à avoir là-dessus.
[à part la première page, mais je demanderais confirmation à une pro de l’orthographe où j’aurais écrit « Une armada de vaisseaux spatiaux » (avec un ‘x’ à vaisseau)]

Malgré quelques broutilles, nous avons une aventure très bien ficelée, vraiment passionnante ! Malheureusement, il n’y a pas vraiment de (pré- ?)fin à ce premier tome. Il faut donc s’atteler à lire la suite dans le tome 2, « le Bastion ». Et comme, le suspens est à son apogée… j’ai déjà entamé la lecture du suivant… 🙂

Oh, j’allais oublié, si vous êtes une adepte comme moi de Deviantart, vous aurez reconnu que la couverture vient de Phoenixlu/Lu Bin. Très belle évidemment.

Saga L’écrin doré des songes

L’écrin doré des songes, tome 01
L’écrin doré des songes, tome 02 : Le bastion
L’écrin doré des songes, tome 03 : Kay
L’écrin doré des songes, tome 04 : Tempête solaire

Zombies Vs Licornes dirigé par J. Larbalestier & H. Black

30 Jan

Une anthologie de nouvelles proposée par Holly Black (Les chroniques de Spiderwick) et Justine Larbalestier (Menteuse). L’une est l’équipe des licornes et l’autre des zombies. On se dit directement que ces deux espèces n’ont rien en commun, que c’est même l’opposé de chacun. Mais ce sont les passions de ces deux auteurs qui ont décidé de réunir leurs écrivains préférés sur l’un des thèmes proposés.

On ne s’étonne pas de retrouver Carrie Ryan (La forêt des damnés) dans l’équipe des Zombies, ni même Scott Westerfeld (Uglies), je le suis d’y voir Cassandra Clare (Mortal Instruments). A ce niveau, je connais surtout ceux de l’équipe des Zombies alors que je ne suis clairement pas une fane des zombies ou de la littérature du genre (horreur).  Dans l’équipe des licornes, on peut retrouver Meg Cabot (Insatiable) et euh… d’autres gens !

Une introduction, nous met dans le bain avec une joute verbale très marrante entre J. Larbalestier et H. Black dont une intervention de Cherie Priest (qui malheureusement ne participe pas aux nouvelles du roman).

Le roman est découpé en chapitre « Licorne » puis « Zombie » et chacun a droit à son commentaire des leaders des deux camps, nous présentant l’histoire, sa vision de la chose, tout cela avec un gros grain d’humour.

La manière de parler des zombies ou des licornes est très variés. Pour ce dernier, j’avais peur d’avoir du gnangnan, nunuche, de l’eau de rose, des cœurs et des bisounours… hé bien pas du tout ! Une des premières nouvelles sur les licornes nous donne même une licorne espiègle, malicieuse et un peu sans honte avec ses « T’es vierge parce que t’es lesbienne, hein ?! ».

Rien que cette phrase montre qu’il y a beaucoup d’humour ! Dans chacune des nouvelles, même les plus zombifiantes ! Que même celles concentrées sur une licorne, il y a une touche de zombie ou de magie noir.

Côté zombie, si vous avez lu du Carrie Ryan, vous connaissez sa manière de vous faire haleter et stresser devant l’action et l’inévitable fin pour ses personnages. D’ ailleurs plusieurs auteurs aiment jouer à inventer l’histoire des zombies, une maladie, un gène déformé, etc.

A noter qu’il y a pas mal de nouvelles assez romantique même dans l’équipe Zombies.

Zombies contre Licornes propose des nouvelles de tout les genres. C’est agréable et les interventions avant chaque début de chapitre des deux auteures à l’instigation de cet ouvrage sont hilarant !