Archive | Nouvelles RSS feed for this section

Zombies Vs Licornes dirigé par J. Larbalestier & H. Black

30 Jan

Une anthologie de nouvelles proposée par Holly Black (Les chroniques de Spiderwick) et Justine Larbalestier (Menteuse). L’une est l’équipe des licornes et l’autre des zombies. On se dit directement que ces deux espèces n’ont rien en commun, que c’est même l’opposé de chacun. Mais ce sont les passions de ces deux auteurs qui ont décidé de réunir leurs écrivains préférés sur l’un des thèmes proposés.

On ne s’étonne pas de retrouver Carrie Ryan (La forêt des damnés) dans l’équipe des Zombies, ni même Scott Westerfeld (Uglies), je le suis d’y voir Cassandra Clare (Mortal Instruments). A ce niveau, je connais surtout ceux de l’équipe des Zombies alors que je ne suis clairement pas une fane des zombies ou de la littérature du genre (horreur).  Dans l’équipe des licornes, on peut retrouver Meg Cabot (Insatiable) et euh… d’autres gens !

Une introduction, nous met dans le bain avec une joute verbale très marrante entre J. Larbalestier et H. Black dont une intervention de Cherie Priest (qui malheureusement ne participe pas aux nouvelles du roman).

Le roman est découpé en chapitre « Licorne » puis « Zombie » et chacun a droit à son commentaire des leaders des deux camps, nous présentant l’histoire, sa vision de la chose, tout cela avec un gros grain d’humour.

La manière de parler des zombies ou des licornes est très variés. Pour ce dernier, j’avais peur d’avoir du gnangnan, nunuche, de l’eau de rose, des cœurs et des bisounours… hé bien pas du tout ! Une des premières nouvelles sur les licornes nous donne même une licorne espiègle, malicieuse et un peu sans honte avec ses « T’es vierge parce que t’es lesbienne, hein ?! ».

Rien que cette phrase montre qu’il y a beaucoup d’humour ! Dans chacune des nouvelles, même les plus zombifiantes ! Que même celles concentrées sur une licorne, il y a une touche de zombie ou de magie noir.

Côté zombie, si vous avez lu du Carrie Ryan, vous connaissez sa manière de vous faire haleter et stresser devant l’action et l’inévitable fin pour ses personnages. D’ ailleurs plusieurs auteurs aiment jouer à inventer l’histoire des zombies, une maladie, un gène déformé, etc.

A noter qu’il y a pas mal de nouvelles assez romantique même dans l’équipe Zombies.

Zombies contre Licornes propose des nouvelles de tout les genres. C’est agréable et les interventions avant chaque début de chapitre des deux auteures à l’instigation de cet ouvrage sont hilarant !

Publicités

Bloody Valentine de Melissa de la Cruz

10 Déc

Un court recueil de nouvelles du monde « Les vampires de Manhattan » à lire après les 5 premiers tomes de la saga. Je ne pense pas qu’il soit très agréable pour ceux qui n’auraient pas lu la série.

On retrouve trois histoires.

  • ·         La première raconte l’amour dévorant que porte Oliver à Théodora suite à leur baiser sacré.
  • ·         La seconde remonte l’époque puisqu’on retrouve une Allegra adolescente et son histoire d’amour avec le père de Théo.
  • ·         Pour finalement retrouvé notre équipe habituelle, Théo, Jack, Oliver et Bliss à Florence, un petit break avant le tome final.

Si le livre n’est pas indispensable, il renoue avec l’écriture des premiers tomes et crée un lien particulier avec ce qui va suivre.

Je trouve que la première histoire est un peu longue pour ce qu’elle est… elle apporte une chose (que je ne divulguerais pas) pour la série en générale mais de là, à en créer une nouvelle, c’est un peu de trop. Mais si l’auteure avait fait ça en deux pages, sans doute qu’on n’aurait pas apprécié… Tordu tout ça.

La seconde nouvelle est sans doute ma préférée puisqu’on peut y croiser les parents de Théodora. Comment sont leur caractère ? Où se sont-ils rencontrés ? Comment Charles a pris leur relation ? Une chose assez drôle est que la mère d’Allegra, Cordelia est aux antipodes de ce qu’on a pu découvrir d’elle auprès de Théo…

Quant à la dernière, bien qu’un peu d’action est lieu, apporte son brin de tranquillité et d’amour dans l’union Théo/Jack .

Sympa mais sans doute pas indispensable… Il refreine un peu avant la sortie du prochain tome. Et il a du coup bien plus de valeur.

Blue Bloods Series

Les vampires de Manhattan, tome 01 : Les vampires de Manhattan
Les vampires de Manhattan, tome 02 : Les Sang-Bleu
Les vampires de Manhattan, tome 03 : Les Sang-d’Argent
Les vampires de Manhattan, tome 04 : Le baiser du vampire
Les vampires de Manhattan, tome 05 : Le secret de l’ange
Les vampires de Manhatten, tome 05.2 : Bloody Valentine
Les vampires de Manhattan, tome 06 : La promesse des immortels

Absinthes & Démons d’Ambre Dubois

26 Nov

La dernière œuvre édité par les Editions du Riez, « Absinthes & Démons » d’Ambre Dubois que l’on connait grâce à sa saga vampirique auprès de l’édition du Petit Caveau.

Ce roman se rapproche plus d’un recueil de nouvelles mais avec le même personnage Lord Nermeryl et sa Corneille. Ce concept n’est pas sans rappeler celle d’Estelle Vall de Gomis dont j’avais chroniqué son roman-feuilleton, il y a quelque mois.

D’ailleurs, on apprécie le clin d’œil fait à l’œuvre d’Estelle Valls de Gomis, puisqu’on mentionne ces deux gentlemen de l’étrange, Gladstone et Bloodpint.

A part ça, notre Lord est un être énigmatique, plein de mystère et d’une aura attractive. Il rappelle un certain Lord Cain, maître des poisons de Kaori Yuki. D’ailleurs la première histoire reprend le proverbe japonais « Sous les cerisiers sont enterrés des cadavres » (Kajii Motojirou).

Nous déambulons dans une Angleterre du 19ième siècle où ce jeune lord enquête sur demande (souvent de la part de villageois) pour des sujets tels que la possession, le vampirisme, d’anciens dieux, etc. Il est accompagné d’un étrange volatile, une corneille qui l’aide dans ses investigations. Tout un mystère les entoure…

Un peu rébarbatif le moyen dont commencent les nouvelles puisque souvent, cela vient d’un courrier et l’annonce d’une disparition (ou d’un fait étrange). Mais le plus gros point noir est que j’ai trouvé le roman un peu court (moins de 200 pages), j’aurais aimé le voir plus étoffé.

Chaque nouvelle pourrait être lue séparément à part le dernier où on apprend (ENFIN) qui est vraiment Lord Jorian Nermeryl. Du coup, on dirait qu’il n’y a aucune vie entre chaque enquête (un peu comme si rien ne s’était passé). Ca ne rendait que la lecture difficile comme si on n’avait aucun indice, aucun chapitre spécial pour raconter son histoire, je mourrais donc d’impatience pour le terminer… le dernier chapitre ne pouvait être donc que sur son histoire à lui…

La plume est légère et agréable et nous donne un roman sympa. Une ambiance voulue surnaturelle et mystérieuse avec un personnage comme on en voudrait dans chaque roman.

-On dit également bravo à Anne-Claire Payet pour cette sublime couverture-

Bien que je donne l’impression de ne voir que les points noirs du roman, je l’ai trouvé très intéressant et j’aime beaucoup les thèmes qui y sont abordés. C’est l’impatiente de savoir l’histoire du personnage principal, ce suspens intenable, qui aura eu raison de moi. Ce n’est pas une raison de ne pas s’attabler à le commander [ici].

Récap#2

1 Nov

Je pensais faire à la base un petit mois pour octobre… pas très envie de lire surtout après presque 50 tomes de différents mangas à lire.
[Il semble que j’ai des problèmes de mise en page d’un hébergeur à l’autre =.=]

Octobre 2011

Jeunesse/Young Adult

Les vampires de Manhattan, Bloody Valentine de Melissa de la CruzUn recueil de nouvelles nous permettant d’attendre le prochain tome. Agréable.

 

 

Je suis numéro quatre de Pittacus Lore
[Avis détaillé ici]

Jolie surprise après, finalement, un film pas si mauvais que ça.

La trilogie Morgenstern, tome 01 : le quadrille des assassins de Hervé Jubert

Je voulais découvrir l’auteur, c’est chose faite! Il a beaucoup d’humour dans son écriture, ses personnages sont haut en couleur et l’action est prenante. Que demandez de plus?

Romance

La tentation interdite de Vivi Anna

Un livre Harlequin offert. Un navet totale, je voulais voir ce que donnait l’Urban Fantasy « typé Harlequin » maintenant je sais et je m’en passerais largement.
Je ne peux même pas le mettre en Urban Fantasy, tellement, j’ai trouvé ça pathétique, juste de la bonne grosse guimauve entre une vampire et un humain.

Audacieuse Nora de Bronwyn Scott

 

Un autre livre Harlequin mais qui se situe au 19ième siècle. Une héroïne forte qui se bat pour le peuple à la sauce Robin des bois. Il y a juste le comte que j’ai trouvé un peu trop romantique. Sinon, une chouette histoire.

Désirs Secrets de Laura Lee Guhrke

C’est le 3ième tome de la série « Jeunes filles en fleurs », Edition « J’ai lu » dans « Aventures et passions ». Encore une fois, j’aime beaucoup l’époque (19ième siècle). On retrouve une héroïne indépendante qui veut ouvrir sa boulangerie quand elle découvre que son voisin va faire remonter à la surface son passé. Ce qui lui mettra des battons dans les roues  dans l’ouverture de sa pâtisserie. L’histoire est très amusante, l’auteur a beaucoup d’humour.

Passé trouble d’Elizabeth Thornton

 

Dans ce genre de roman que l’on vient de m’offrir, Passé trouble fût mon préféré. Un assassinat, une enquête, une amnésie, des secrets, j’ai été totalement conquise!

Fantastique

Les tangences divines de Franck Ferric
[Avis détaillé ici]

 

On retrouve la plume de Franck Ferric aux Editions du Riez. La revisite de certain mythe grecque est plaisant mais le livre a droit à quelques longueurs.

 

Absinthes & Démons d’Ambre Dubois


J’attendais beaucoup de ce recueil qui suit les aventures d’un jeune Lord anglais. Mais ne pas savoir son passé au fil d’histoires qui ne sont jamais liés m’a beaucoup perturbé.

 

Urban Fantasy

Cassandra Palmer, tome 4 : la damnation de l’aube de Karen Chance

 

Assez déçue par ce 4ième volet. Trop d’action, tue la compréhension du lecteur.

 

 

 

Cygne noir, tome 03 : le sacre de fer de Richelle Mead

 

J’adhère toujours autant à cette saga d’urban fantasy!
Vivement le prochain et dernie tome!

 

Gravure d’argent de Yasmine GalenornA l’achat de deux livre Milady, Gravure d’argent nous était offert. Récit assez court d’une des héroïnes de l’auteure (que l’on retrouve dans « Soeurs de la lune »).

 

Mangas

  • Tsubasa Reservoir Chronicle – 28 tomes

Plus complexe qu’il n’apparaît, une œuvre digne des Clamp!

Pleine d’aventure ou on retrouve les personnages des divers œuvres de Clamp.

 

  • XXXHolic – 19 tomes

Plus sombre que « Tsubasa », le manga semble moins attrayant, de même que les dessins sont différents de ceux que Clamp a l’habitude de donner (changement de dessinatrice) pourtant il reste magique!

Deux mangas de Clamp dont les personnages se croisent et interagissent. Un bel effort de la part des auteurs, de beaux dessins et en prime… elles les ont fini!!!

  • Silver Diamond, tome 14 de Shiho Sugiura

Parfois, je trouve cette série un peu longue. Ce tome fait partie de ceux qui ne font pas beaucoup avancé le smilblick. Mais les personnages restent attachant, et des dessins très soignés.

 

  • Trinity Blood, tome 13 de Sunao Yoshida & Kiyo Kujyo

Une longue attente pour ce tome (il n’y avait eu aucune sortie en 2011!). Au tome précédent, on commençait un nouvel arc de la série, où notre héroïne est adulée comme une Sainte. Évidemment, il y a toujours des complots envers le gouvernement religieux. De nouveaux personnages plus énigmatiques que jamais.

On termine en bonus par (re)voir, le jeune vampire, Ion qui s’entraine au combat en vue de  revoir le plus rapidement possible Esther.
Et les dessins qui sont tellement magnifiques!

  • Les gouttes de dieu, 21 de Tadashi Agi & Shu Okimoto

J’en suis venue à les lire plus par habitude que par réel envie… On ne part même pas à la recherche des 13 apôtres dans ce tome mais on découvre un nombre impressionnant de vins français. Pas super fan.

 

Nouv3ls de Rolandi D.

15 Sep

Un recueil de trois nouvelles écrit par David Rolandi de la World Crisis Crew, publié chez Aplauze Show Productions.

La première nouvelle, « Milo mort d’amour », nous mène à suivre les divagations d’un jeune homme qui ne fait rien de sa vie mais qui est dévoré d’une sorte d’amour pour sa voisine. Pleine de hargne et de violence, l’histoire est traitée en dérision avec une touche d’humour sur ce stalker dans l’âme. On commence donc par découvrir l’auteur en voyant son ton humoristique car l’histoire, en elle-même n’a pas réellement de but.

« Rose de misère » nous guide dans un monde futuriste où deux jeunes hommes sont dégoutés de la société, gouverné par un pervers. L’un a perdu la femme qu’il aime, l’autre n’a jamais aimé. C’est dans un petit village qu’il rencontre Alicia.
Une recherche d’amour, « Rose de misère » est la nouvelle la plus longue et sans doute la plus aboutie (même si l’approfondir n’aurait pas été un tord).

S’ensuit, la nouvelle « Mirage d’adolescence » où Lily martyrisé se crée un amour imaginaire. Cette nouvelle est écrite de manière « perspective », l’auteur nous mène à travers un trajet jusqu’au personnage ou les évènements. Triste et mélancolique.

Le livre se termine par un bonus, « Rottenweiss ». Une nouvelle qui a fait l’objet d’un premier roman de la part de l’auteur. Une nouvelle prometteuse, un peu brouillonne mais passionnante.

Si le contenu de ces nouvelles est agréable et intéressant, il manque encore un ton plus romanesque que ce soit dans la tournure des phrases ou juste grammaticalement parlant. Une jolie découverte en tout cas.

Merci à Archessia et à l’auteur pour cette découverte.

Le roman est disponible en lecture libre [ici]

Les dames baroques

31 Déc

La Femme Fatale, une figure du quotidien mais aussi de l’imaginaire séculaire : de Circé à Marie-Madeleine, de la Reine Margot à Vampirella, de Marilyn Monroe à Lilith, de la fée Morgane aux succubes les plus vénéneuses, la vamp, la sorcière, l’enchanteresse, la Belle Dame Sans Merci a toujours inspiré les artistes et les écrivains, mais aussi le commun des mortels. Aimée des uns, haïe des autres, elle peuple de ses courbes protéiformes les pages de la littérature. Estelle Valls de Gomis, écrivain et anthologiste, a rassemblé de jeunes auteurs et des plumes confirmées pour vous dévoiler les Salomé et les Iseult de la littérature fantastique et de fantasy. »

Une anthologie sortie aux éditons du Riez en ce mois de décembre. Elle ne compte pas moins de 20 auteurs et a droit à une jolie couverture de l’italienne, Natalia Piedrandrei.

Dès qu’on l’a en main, on ne peut qu’admirer l’ouvrage, celui-ci est très joli, rien à reprocher au paraître de cet œuvre.

Carole Grangier – Armand Cabasson – Charlotte Bousquet – Karim Berrouka – Justine Niogret – Daniel Alhadeff – Cyril Carau – Tepthida Hay – Sophie Dabat – Morgane Guingouain – Sire Cédric – Eli Darco – Leonor Lara – Lucie Chenu – Sophie Goasguen – Jean Lorrain – Joris Karl Huysmans – Petrus Borel – Madame D’Aulnoy – Jules Barbey d’Aurevilly.

300 pages pour 20 auteurs, qu’est-ce que cela donne ?

Déjà, premier ressenti, très bons choix de textes. De plus, ils ont tous un côté très poétique tout en étant différents les uns les autres. La verve est présente, il semble que le thème sur ces femmes eût l’air d’inspirer les créateurs.

Chaque auteur apporte son originalité, sa vision et son histoire.

Plus en détail, certaines nouvelles m’ont plus touchée, d’autres dont je cherche encore le sens (malgré une relecture).

Dans les nouvelles têtes (pour moi en tout cas) ;

Je garde un bon souvenir de la nouvelle de Karim Berrouka avec « Lapidaire  ». Pourtant à première vue basique, une princesse née de pierres précieuses qui doit se trouver un mari en vue de succéder au roi mourant.

« Le jour de la Belladone » me rappelle les kumari, ces enfants considérés comme des déesses au Nepal. Justine Niogret nous y montre sa propre perception de ce que peut ressentir l’une d’entre elles.

De même que « L’essor » de Sophie Dabat, se trouve être un sujet original à la « planète des singes ».

Puis on retrouve certains auteurs déjà lu comme Sire Cedric mais également Elie Darco.
Je n’avais pas du tout accroché à son « l’orbe d’or » publié dans l’anthologie « Or et Sang » des Editions du petit Caveau.  Par contre ici, elle fait partie de mes nouvelles préférées grâce à « Les crocs de la Basilicate ». Un concept qui m’a bien plût.

Puis c’est avec plaisir de relire certaines histoires comme celle de « La belle aux cheveux d’or » de Madame d’Aulnoy.

Il y a encore maintes histoires intéressances à y découvrir.

Au final, une très belle anthologie qui peut plaire à chacun.

Anthologie, Or et Sang

27 Août

J’ai profité d’un tour vers Paris pour piquer des livres à Alexiel. Je me suis dit que ce recueil avec 16 nouvelles serait parfait pour connaître de nouvelles plumes et des histoires merveilleuses.

L’Anthologie Or et Sang paru dans la maison d’édition du Petit Caveau qui cible les histoires vampiriques.

Je ne vais pas commenter chaque nouvelle mais parler un peu de mes préférées.
Bien que le thème soit « l’or et le sang », chaque écrivain nous emmène dans des endroits bien différents par rapport aux autres, un château français, une mine, les rues de Los Angeles, etc.

Chacune ont des histoires très diverses, et si parfois, j’en ai trouvé certaines très mièvres ou trop de descriptions pour de si courtes nouvelles, d’autres m’ont subjugué par leur originalité.

Déjà, « Le transformateur » de Franck Ferric m’a énormément plût, m’a étonné du tout au tout. Un réel plaisir à lire et à se faire surprendre !
Du coup, je sais que ma prochaine lecture, sera son roman « La loi du désert » paru aux éditions du Riez.

« Confessions nocturnes » de Stephane Soutoul était un très beau texte, très doux, rempli de douleur des propos du protagoniste. Et sans doute l’une des rares histoires du roman où la femme est, si pas l’héroïne, la première personne concernée.

Cecile Duquenne m’a réellement captivée avec « Les deux orfèvres ». Un marché entre un orfèvre et un vampire, à la recherche de son âme. Une histoire rondement menée !

Pour une première publication, d’une de ses nouvelles, Gwenaelle Durand, nous offre un vampire, tueur à gage à la solde du Premier dans « Ombres et Or« . Le seul bémol ? J’aimerais qu’il y ait une suite qui redonne vie à Léthé.

Puis palme d’or à l’humour de Lucile Garrigoux et sa nouvelle « Mercenaires, Larmes divines et ex-petites amies rancunières ». Humour fracassant !

Petit dernier mais non des moindres, Henri Bé propose «Or, sang, soleil »,  une petite vengeance finale…

La couverture quant à elle, bien que jolie, a droit à un visage trop lisse… et complètement rouge, comme si la personne s’était pris un coup de soleil. Un problème d’imprimerie au vue du site internet de l’illustratrice, Véronique Thomas. [cfr photo ci-dessus, de bien meilleure qualité]

Vu le thème, il arrive que certaine nouvelle se dirige dans le même sens… et au final, se contredise l’une et l’autre. Ce n’est pas grave mais quand elles se suivent, ça fait bizarre.

Voilà donc un recueil avec du bons, du très bons et du mauvais (enfait une seule que j’ai eu beaucoup de mal). En tout cas, il permet de se faire une idée sur certains auteurs et peut-être de les suivre dans leur parcours.

On retrouve comme auteurs ; Bettina Nordet, Franck Ferric, André Samie, Lia Vilorë, Stéphane Soutoul, David Osmay, Cecile Duquenne, Line D Rey, Elodie Lemaire, Elie Darco,  Gwenaelle Durand, Audrey Herreman, Aurélie Wellenstein, Alazaïs Clénié, Lucile Garrigoux,  Henri Bé.