Archive | Littérature américaine RSS feed for this section

Psi-Changelings, tome 1 à 4 de Nalini Singh

22 Juil
  Psy/Changelings Séries Nalini Singh
+/- 400 pagesPublished November 2011 to 2012 by Milady
Série en cours (11 tomes à ce jour)

Dans un monde où les émotions sont interdites, les   Psys punissent toute forme de désir. Sascha Duncan fait exception à la règle.   Lucas Hunter est un métamorphe avide de sensations. Il est bien décidé à   trouver le meurtrier qui a tué sa compagne de meute. Sascha sera son ticket   d’entrée… Il découvrira vite que cette Psy en apparence froide comme la glace   est capable d’éprouver des émotions… et qu’elle fascine l’animal en lui. Pris   au milieu de leurs deux univers en conflit, Lucas et Sascha doivent jouer leurs   rôles… ou tout sacrifier pour goûter au plaisir interdit.

Pure curiosité… en ayant l’appréhension que j’aurais affaire à de l’histoire facile et à du plan cul à la romance style « J’ai Lu ». Mais au final, une très bonne surprise.

Une série de livre (non terminée) qui bien chaque tome cible un couple en particulier, arrive à relier chaque évènement à l’intrigue principale.

Au final, j’ai été captivée par ce monde. Au premier abord, une intelligence qui surpasse toutes les autres, celles des « Psi ». Bien plus que humain, ils ont des facultés psychiques, télékinésie, médicale, clairvoyance entre autres. La chose qui les rend si exceptionnel à leurs yeux, est qu’ils ne ressentent AUCUN sentiments. Quelques années auparavant, ils ont introduit Silence, un processus qui leur retire tous sentiments dont on est tous imprégnés à la naissance. Ils sont devenus froids et rigides, inhumains.

De l’autre côté, nous avons les Changelings, humains mais passant à différentes espèces d’animaux, la série côtoie surtout celles des léopards et des loups. Au contraire des Psi, les émotions l’emportent souvent en toutes occasions.

Entre eux, il y a les humains qui semblent bien faibles par rapport à ces deux autres espèces pleines de pouvoir. Mais ils ont leur rôle à jouer aussi.

Un très bon point est le monde créé par l’auteure, j’en demande encore et toujours. En plus, elle arrive à relier une petite chose au grand dessein de la saga. L’intrigue qui est basé sur Silence et une rébellion interne… les Changelings et les humains vont y être mêlés rapidement.

Après, comme je l’ai dit, chaque romain tourne autour d’un couple en particulier… Après, les 3 premiers tomes où à chaque fois, nous avions « psi+changelings », une chose inimaginable vue les tensions entre les deux peuples. L’auteure commence avec le 4ème tome à voir un peu plus loin avec une humaine… Cela n’a pas été le meilleur tome/couple pour moi. Mais l’histoire derrière était tellement palpitante que j’ai pardonné et oublié ce désastreux couple. :3

L’écriture est légère et facile d’accès. Ça se lit rapidement. Il y a des personnages de tous les genres, de différents caractères. L’embarras du choix. Surtout que personne n’est laissé à l’arrière.

Au final, une bonne surprise ! Si vous voulez découvrir un nouveau monde alternatif, essayez cette série (4 tomes parus chez Milady).

Psy/Changelings Series

Psi-Changelings, tome 01 : Esclave des sens
Psi-Changelings, tome 02 : Vision torride
Psi-Changelings, tome 03 : Caresses de glace
Psi-Changelings, tome 04: Mienne pour toujours
Psi-Changelings, tome 05 : Hôtage du plaisir (?)
Psi-Changelings, tome 06 : Branded by fire
Psi-Changelings, tome 07 : Blaze of memory
Psi-Changelings, tome 08 : Play of Passion

Les chroniques de MacKayla Lane de Karen Marie Moning

15 Juil

 

Les chroniques de MacKayla Lane :

1) Fièvre Noire
2) Fièvre Rouge
3) Fièvre Fae
4) Fièvre Fatale
5) Fièvre d’Ombre
Karen Marie Moning
5 tomes (terminé)
Published by J’ai Lu
MacKayla Lane perd sa sœur Alina, victime à Dublin d’un assassinat aussi cruel qu’inexplicable. Devant la mollesse de la police locale, elle quitte le sud des Etats-Unis pour l’Irlande afin de mener sa propre enquête. Elle y découvre que sa sœur y menait une double vie pleine de mystère au milieu de créatures démoniaques.

J’avais beaucoup entendu parler de cette série (de son fameux Jericho Barrons) avec la sortie du 5ème et dernier tome, je me suis lise à les lire. Oui, « les » car j’ai tout lu d’affilé, ces derniers jours.

Pourquoi ? Je pense que le mystère, la trame derrière permettait de s’échauffer l’esprit dès le départ ! Ça tient en haleine…

Pourquoi les lire d’affiler ? Parce que chaque fin de tome se termine par un Cliffhanger horrible (mais du jamais vu !). La série fait partie de celle qui devrait se retrouver dans un seul et unique tome (ça en ferrait un sacré nombre de pages… rien que le dernier en a 900) parce que ça se suit, à la minute, au jour près dès qu’on ouvre le premier chapitre de chaque tome, qu’on se retrouve là, où on avait laissé les personnages.

Poupée Barbie (« Arc-en-ciel »), Mac se retrouve dans la découverte de ses origines suite à la mort d’une sœur aimée à Dublin. Quittant sa ville natale américaine ensoleillée, elle se plonge dans les rues étroites et foggy de Dublin.

Le premier tome nous montre la découverte de Mac d’un monde qui était caché à ses yeux, celui des Faes. Un tome d’introduction à ce nouveau monde (où ce fameux meurtre est un peu mis sur le côté). La personne qui va lui ouvrir les portes du monde des Faes s’appelle Jericho Barrons, propriétaire d’une superbe librarie et collectionneur d’objets bien étranges. Il est loin d’être aimable, ou même de faire du charme à Mac (comme on pourrait le penser dans ce genre de livre), au contraire, à peine s’il ne la « maltraite » pas, ou du moins, il voudrait bien s’en débarrasser… Leurs altercations sont flamboyantes.
Ce qui va rendre, entre autres, Mac un peu plus mature et non plus, cette bimbo qui se laissait vivre grâce aux rayons du soleil sur sa peau.

Mac se met à écrire un journal, elle nous raconte les évènements, les découvertes, les espèces… le fait qu’elle écrit un journal. Ça peut remettre en tête les éléments importants qui ont eu lieu et à se construire des théories, ou ça peut être rébarbatif et répétitif.

On a plusieurs espèces dans le livre mais surtout les différentes castes de Faes (fées), pas toujours les plus belles, voir même celles qui passent leur immortelle-vie à embêter les humains.

Si le premier tome est un peu brouillon où en tout cas, on se demande où il va nous mener. Le reste de la saga, est très bien construit. On s’attache aux personnages, des évènements de plus en plus sombres ont lieux, l’intrigue est bien plus puissante qu’il ne semble au premier abord.

Rien que d’y repenser, j’ai envie de relire la série… comme quoi, elle peut être addictive !

The Mortal Instruments, tome 4 : City of Fallen Angels de Cassandra Clare

5 Juin

 

The mortal Instruments, City of Fallen Angels Cassandra Clare 424 pages

Published April 5th 2011 by Margaret K. McElderry Books

The Mortal War is over, and Clary Fray is back home in New York, excited about all the possibilities before her. She’s training to become a Shadowhunter and to use her unique power. Her mother is getting married to the love of her life. Downworlders and Shadowhunters are at peace at last. And—most important of all—Clary can finally call Jace her boyfriend. But nothing comes without a price 

Le 4ième tome de la série “Mortal Instruments/La Cité des Ténèbres”. Il se lit, suite à l’avis de l’auteure, tout de même après la sorte de prologue, « The Infernal Devices ». (Il est vrai qu’on mentionne les personnages).

Sortie française le 7 juin 2012

Après une discussion sur Livraddict avec Alohomora-Vanessa, je me suis dit qu’il était temps de m’y remettre.

J’ai mis un certain temps à me décider… pour moi, la série se finissait avec le 3ème tome. D’ailleurs, on peut dire qu’avec City of Fallen Angels, nous entamons un nouveau cycle.

On retrouve très vite le ton « Cassandra Clare »… donnant plein d’humour à ses personnages.

Après les évènements de la première trilogie, l’esprit des personnages est à la fête avec les préparatifs du mariage de la mère de Clary.

L’auteure nous avait prévenue, bien qu’écrit à la 3ième personne, le livre ne se cantonne plus à suivre seulement « Jace » et « Clary » mais également son meilleur ami, Simon. Devenu vampire à part entière (sa capacité à vivre à la lumière du jour), il tente de continuer à vivre en tant qu’humain. Pas facile du tout, surtout quand on a des nouveaux pouvoirs qu’on ne sait pas utiliser et des ennemis inconnus. Cela donne une meilleure consistance au livre, un autre regard et une touche d’humour plus approfondie car Simon sera celui qui fera le plus rire. Bien qu’il fasse le jerk a sortir avec deux filles… si vous aviez déjà votre avis sur la question (Maia ? Isabelle ?), l’auteure vient mettre sa goutte qui peut clairement vous faire changer de camp ! D’ailleurs côté cœur, tous les personnages vont en patir… aucun ne sera heureux dans ce tome, les problèmes s’ajoutent et s’accumulent !

Première impression, il y a peu de moments Clary et Jace. Rien d’étonnant, Cassandra Clare aime les voir souffrir. Ca a du charme de les voir s’éloigner l’un de l’autre… même si ça rend Clary, un peu comme dans le tome 1, c’est-à-dire « celle à baffer ».

Des nouveaux personnages… une ancienne amie de Magnus, un ex de Maia, une « mère » démoniaque [que je me serais bien passé parce qu’on l’a cite beaucoup en littérature pour le moment], un mort en sursis… Assez de personnages qui gravitent autour des héros, apportant leur contribution à, finalement, chouette tome, plein de suspens et d’intrigue.

Après, j’avoue que je me demande (métaphoriquement parlant) pourquoi, l’auteure a continué cette série, surtout de cette manière. C’est un peu comme avoir une autre saga avec plusieurs livres qui font une partie de cette saga… ça pourrait n’avoir jamais de fin. Maintenant, il faut voir si cela reste passionnant ou si au contraire, on attend qu’une chose, que cela cesse !

Personnellement, j’aime beaucoup…

Anita Blake, tome 12 : Rêves d’incube de Laurell K. Hamilton

5 Avr

Tranquillement, je continue la série des Anita. Entre mes versions poches et mes versions anglaises… (vraiment pas mon genre, surtout que je voulais les mêmes formats).

Un début assez drôle puisqu’on se retrouve dans un mariage où la décoration (ainsi que les robes des demoiselles d’honneur) sont inspirés par… Halloween. Un mauvais goût certain de la part des mariés !

N’empêche WOW… 1000 pages avec peu d’histoire, peu d’enquête. Après les 300 premières pages, j’ai cru qu’on retournait au point essentiel, l’enquête. Je conçois qu’il faut parler de l’ardeur, la faire évoluer (pour qu’Anita la maîtrise et qu’on en parle plus ?) mais ce tome m’est un peu sorti par les orbites des yeux, tellement il était construit sur ce sujet (l’ardeur).

Du coup, ce n’était pas très bon, vraiment pas…

Le titre des livres a toujours un rapport avec un lieu (une boîte, un bar, etc.), c’est le cas également de « rêves d’incube ». Mais c’est tellement mis sur le côté, toute l’enquête paraît bien fade quand elle est entouré par les besoins physiques d’Anita (et ses NOMBREUX partenaires).

Par contre, je trouvais depuis quelque temps qu’Anita avait changé ; elle réfléchissait plus avant d’agir, était plus « forte », ce genre de chose. Mais ses changements n’étaient pas déplaisant. Dans ce tome, on découvre un « pourquoi tant de changement » qui n’ont rien à voir avec un « évolution de la personne suite à ses rencontres, son expérience ». C’était donc très chouette, j’espère juste que du coup, ils (car c’est lié à plusieurs personnes) ne vont pas tous changé >.<

J’aime cette série, ce n’est pas ce volume qui va me dégoûté et m’arrêter là… Mais j’avoue ne pas avoir autant profité de ce tome que les précédents.

Anita Blake : Vampire Hunter Series

Anita Blake, tome 01 : Plaisirs Coupables (Guilty Pleasures)
Anita Blake, tome 02 : Le cadavre rieur (The laughting Corpse)
Anita Blake, tome 03 : Le Cirque des Damnés (Circus of the Damned)
Anita Blake, tome 04 : Lunatic Café (The Lunatic Café)
Anita Blake, tome 05 : Le Squelette Sanglant (Bloody Bones)
Anita Blake, tome 06 : Mortelle Seduction (The Killing Dance)
Anita Blake, tome 07 : Offrance Brulée (Burnt Offering)
Anita Blake, tome 08 : Lune Bleue (Blue Moon)
Anita Blake, tome 09 : Papillon d’Obsidienne (Obsidian Butterfly)
Anita Blake, tome 10 : Narcisse enchaîné (Narcissus in Chains)
Anita Blake, tome 11 : Péchés Céruléens (Cerulean Sins)
Anita Blake, tome 12 : Rêves d’Incube (Incubus Dreams)
Anita Blake, tome 13 : Micah (Micah and Strange candy)
Anita Blake, tome 14 : Danse Macabre (Danse Macabre)
Anita Blake, tome 15 : The Harlequin (Arlequin)

 

Divergent de Veronica Roth

15 Mar

Un coup de tête, une amie qui le vente et me voilà partie à lire ce MAGNIFIQUE livre en 4 heure chrono.

Je voyais beaucoup de monde en parler en bien… Mais pour moi, ça restait dans cette mode des livres « dystopie », de jeunesses d’anticipation, de futur chaotique, de société légalitaire où chacun doit avoir sa place. Citons comme exemple, Hunger Games.

Donc nous retrouvons, la jeune Béatrice à l’aube de sa nouvelle vie… puisqu’à 16 ans, elle va devoir faire le choix de sa Faction (il y en a 5 différentes). Sa famille fait partie des Altruistes, ils se dévouent pour les autres. Pourtant, on sent déjà un brin de rébellion en Béatrice qui aimerait donner son avis, qui n’a pas toujours envie de donner sa place dans un bus bondé, etc. Elle regarde amoureusement les membres de la Factions des Audacieux ; habillé de noir, piercé, tatoué et surtout, libre comme l’air.

Mais avant ce choix, tous les jeunes de 16 ans, passent un test qui peut les aider à faire ce choix… Bizarrement, le test de Beatrice (Tris) n’est pas concluant car elle est différente. Mais sous peine d’être tué, elle doit se taire.

Quand on regarde de loin, on se dit que le caractère de l’héroïne du début et ce qu’elle devient à la fin est un peu tiré par les cheveux mais en fait, elle l’était déjà au début… Mais elle tentait tellement de faire partie de sa Faction (de naissance) qu’elle devait cacher son soi-profond.

Elle rencontre des novices et des personnes de différentes Factions, même s’ils ont des idées différentes (ils vivent complètement différemment d’une Factions à l’autre), l’auteure nous fait découvrir de belles amitiés, des gens détestables et même un amour attendrissant (s’il n’y en avait pas, ce serait bizarre). Tris n’est pas la seule travaillée justement !

Pendant l’entrainement (presque mortel) des novices pour devenir des Audacieux, on découvre derrière qu’il y a leur monde qui commence à s’écrouler, que leur société s’effrite et tend vers une future guerre.

Happé par cette histoire où le couple qui s’établit tout doucement entre Tris et Quatre n’est qu’une partie mineure (oufff), on découvre, à mon sens, à quel point, on est mené par l’esprit de masse, une grande aventure, un sujet plus complexe qu’il en a l’air… Enfin, je ne l’ai pas lâché avant de l’avoir fini !

Mon méga coup de coeur de l’année!

Anita Blake, tome 11 : Péchés Céruléens de Laurell K. Hamilton

29 Fév

C’est dingue comme il y a un nombre important de gens qui ont détesté Anita Blake après le tome 9. Moi, j’adore.

Et ce tome 11 est extraordinaire ! Je crois que c’est l’un des tomes où j’ai le plus ris. Non pas parce que c’est drôle, c’est plutôt sanglant mais parce que les joutes verbales, les quiproquos, les réactions des personnages sont tordantes !

Une grosse partie du livre donne la belle vie à l’arrivée d’une partie du Conseil, ou du moins des « descendants » de Belle-Morte, la créatrice (la sourdre de sang, en français dans le texte… je vous laisse voir la définition dans un dico) de Jean-Claude et d’Asher. La politique vampirique en vue… et comme toujours, ce n’est pas de tout repos pour nos héros.

On en découvre plus sur le passé de JC et d’Asher… Ce dernier fait pâle figure, il semble être traumatisé totalement avec la venue de ces congénères.

Il y a tellement de personnages dans la série qu’on ne peut pas en vouloir à l’auteure de ne pas s’attarder sur chacun… Evidemment, je regrette un peu Micah mais le peu que l’on a de lui, m’a plût. De même que Jason qui donne de bonnes idées à notre petite Anita. Je l’ai trouvé très intelligent sur la perception de ce qu’est notre réanimatrice. Un mini-retour de Richard dans ce tome où le mot « pénible » lui colle très bien comme étiquette.

En ce qui concerne l’importance du sexe dans ce roman, cela est dû à l’ardeur, ce qui amène Anita à devoir avoir plusieurs hommes sous la main en cas de crise. Du coup, pour moi, l’idée passait bien. Après Anita est un peu prude quand même.

D’un autre côté, Anita est devenue Sheriff ! Cela devrait lui faciliter les choses avec la police enfin, on l’espère…  L’enquête du roman est assez courte et finalisée très rapidement. Je me demande même s’il y aura une suite à ça car l’implication d’Anita est assez bizarre.

Enfin, le livre est assez épais et on va parfois un peu dans tous les sens dans cette saga. Il y a pléthore de personnages (beaucoup de mâles) et Anita garde son côté brute qui donne du piquant à l’histoire. C’est vraiment très addictif comme roman… trop >.<

Anita Blake : Vampire Hunter Series

Anita Blake, tome 01 : Plaisirs Coupables (Guilty Pleasures)
Anita Blake, tome 02 : Le cadavre rieur (The laughting Corpse)
Anita Blake, tome 03 : Le Cirque des Damnés (Circus of the Damned)
Anita Blake, tome 04 : Lunatic Café (The Lunatic Café)
Anita Blake, tome 05 : Le Squelette Sanglant (Bloody Bones)
Anita Blake, tome 06 : Mortelle Seduction (The Killing Dance)
Anita Blake, tome 07 : Offrance Brulée (Burnt Offering)
Anita Blake, tome 08 : Lune Bleue (Blue Moon)
Anita Blake, tome 09 : Papillon d’Obsidienne (Obsidian Butterfly)
Anita Blake, tome 10 : Narcisse enchaîné (Narcissus in Chains)
Anita Blake, tome 11 : Péchés Céruléens (Cerulean Sins)
Anita Blake, tome 12 : Rêves d’Incube (Incubus Dreams)
Anita Blake, tome 13 : Micah (Micah and Strange candy)
Anita Blake, tome 14 : Danse Macabre (Danse Macabre)
Anita Blake, tome 15 : Arlequin (The Harlequin)
Anita Blake, tome 16 : Blood Noir
Anita Blake, tome 17 : Skin Trade
Anita Blake, tome 18 : Flirt
Anita Blake, tome 19 : Bullet
Anita Blake, tome 20 : Hit List

 

Zombies Vs Licornes dirigé par J. Larbalestier & H. Black

30 Jan

Une anthologie de nouvelles proposée par Holly Black (Les chroniques de Spiderwick) et Justine Larbalestier (Menteuse). L’une est l’équipe des licornes et l’autre des zombies. On se dit directement que ces deux espèces n’ont rien en commun, que c’est même l’opposé de chacun. Mais ce sont les passions de ces deux auteurs qui ont décidé de réunir leurs écrivains préférés sur l’un des thèmes proposés.

On ne s’étonne pas de retrouver Carrie Ryan (La forêt des damnés) dans l’équipe des Zombies, ni même Scott Westerfeld (Uglies), je le suis d’y voir Cassandra Clare (Mortal Instruments). A ce niveau, je connais surtout ceux de l’équipe des Zombies alors que je ne suis clairement pas une fane des zombies ou de la littérature du genre (horreur).  Dans l’équipe des licornes, on peut retrouver Meg Cabot (Insatiable) et euh… d’autres gens !

Une introduction, nous met dans le bain avec une joute verbale très marrante entre J. Larbalestier et H. Black dont une intervention de Cherie Priest (qui malheureusement ne participe pas aux nouvelles du roman).

Le roman est découpé en chapitre « Licorne » puis « Zombie » et chacun a droit à son commentaire des leaders des deux camps, nous présentant l’histoire, sa vision de la chose, tout cela avec un gros grain d’humour.

La manière de parler des zombies ou des licornes est très variés. Pour ce dernier, j’avais peur d’avoir du gnangnan, nunuche, de l’eau de rose, des cœurs et des bisounours… hé bien pas du tout ! Une des premières nouvelles sur les licornes nous donne même une licorne espiègle, malicieuse et un peu sans honte avec ses « T’es vierge parce que t’es lesbienne, hein ?! ».

Rien que cette phrase montre qu’il y a beaucoup d’humour ! Dans chacune des nouvelles, même les plus zombifiantes ! Que même celles concentrées sur une licorne, il y a une touche de zombie ou de magie noir.

Côté zombie, si vous avez lu du Carrie Ryan, vous connaissez sa manière de vous faire haleter et stresser devant l’action et l’inévitable fin pour ses personnages. D’ ailleurs plusieurs auteurs aiment jouer à inventer l’histoire des zombies, une maladie, un gène déformé, etc.

A noter qu’il y a pas mal de nouvelles assez romantique même dans l’équipe Zombies.

Zombies contre Licornes propose des nouvelles de tout les genres. C’est agréable et les interventions avant chaque début de chapitre des deux auteures à l’instigation de cet ouvrage sont hilarant !