Tag Archives: cassandra Clare

The Mortal Instruments, tome 4 : City of Fallen Angels de Cassandra Clare

5 Juin

 

The mortal Instruments, City of Fallen Angels Cassandra Clare 424 pages

Published April 5th 2011 by Margaret K. McElderry Books

The Mortal War is over, and Clary Fray is back home in New York, excited about all the possibilities before her. She’s training to become a Shadowhunter and to use her unique power. Her mother is getting married to the love of her life. Downworlders and Shadowhunters are at peace at last. And—most important of all—Clary can finally call Jace her boyfriend. But nothing comes without a price 

Le 4ième tome de la série “Mortal Instruments/La Cité des Ténèbres”. Il se lit, suite à l’avis de l’auteure, tout de même après la sorte de prologue, « The Infernal Devices ». (Il est vrai qu’on mentionne les personnages).

Sortie française le 7 juin 2012

Après une discussion sur Livraddict avec Alohomora-Vanessa, je me suis dit qu’il était temps de m’y remettre.

J’ai mis un certain temps à me décider… pour moi, la série se finissait avec le 3ème tome. D’ailleurs, on peut dire qu’avec City of Fallen Angels, nous entamons un nouveau cycle.

On retrouve très vite le ton « Cassandra Clare »… donnant plein d’humour à ses personnages.

Après les évènements de la première trilogie, l’esprit des personnages est à la fête avec les préparatifs du mariage de la mère de Clary.

L’auteure nous avait prévenue, bien qu’écrit à la 3ième personne, le livre ne se cantonne plus à suivre seulement « Jace » et « Clary » mais également son meilleur ami, Simon. Devenu vampire à part entière (sa capacité à vivre à la lumière du jour), il tente de continuer à vivre en tant qu’humain. Pas facile du tout, surtout quand on a des nouveaux pouvoirs qu’on ne sait pas utiliser et des ennemis inconnus. Cela donne une meilleure consistance au livre, un autre regard et une touche d’humour plus approfondie car Simon sera celui qui fera le plus rire. Bien qu’il fasse le jerk a sortir avec deux filles… si vous aviez déjà votre avis sur la question (Maia ? Isabelle ?), l’auteure vient mettre sa goutte qui peut clairement vous faire changer de camp ! D’ailleurs côté cœur, tous les personnages vont en patir… aucun ne sera heureux dans ce tome, les problèmes s’ajoutent et s’accumulent !

Première impression, il y a peu de moments Clary et Jace. Rien d’étonnant, Cassandra Clare aime les voir souffrir. Ca a du charme de les voir s’éloigner l’un de l’autre… même si ça rend Clary, un peu comme dans le tome 1, c’est-à-dire « celle à baffer ».

Des nouveaux personnages… une ancienne amie de Magnus, un ex de Maia, une « mère » démoniaque [que je me serais bien passé parce qu’on l’a cite beaucoup en littérature pour le moment], un mort en sursis… Assez de personnages qui gravitent autour des héros, apportant leur contribution à, finalement, chouette tome, plein de suspens et d’intrigue.

Après, j’avoue que je me demande (métaphoriquement parlant) pourquoi, l’auteure a continué cette série, surtout de cette manière. C’est un peu comme avoir une autre saga avec plusieurs livres qui font une partie de cette saga… ça pourrait n’avoir jamais de fin. Maintenant, il faut voir si cela reste passionnant ou si au contraire, on attend qu’une chose, que cela cesse !

Personnellement, j’aime beaucoup…

Zombies Vs Licornes dirigé par J. Larbalestier & H. Black

30 Jan

Une anthologie de nouvelles proposée par Holly Black (Les chroniques de Spiderwick) et Justine Larbalestier (Menteuse). L’une est l’équipe des licornes et l’autre des zombies. On se dit directement que ces deux espèces n’ont rien en commun, que c’est même l’opposé de chacun. Mais ce sont les passions de ces deux auteurs qui ont décidé de réunir leurs écrivains préférés sur l’un des thèmes proposés.

On ne s’étonne pas de retrouver Carrie Ryan (La forêt des damnés) dans l’équipe des Zombies, ni même Scott Westerfeld (Uglies), je le suis d’y voir Cassandra Clare (Mortal Instruments). A ce niveau, je connais surtout ceux de l’équipe des Zombies alors que je ne suis clairement pas une fane des zombies ou de la littérature du genre (horreur).  Dans l’équipe des licornes, on peut retrouver Meg Cabot (Insatiable) et euh… d’autres gens !

Une introduction, nous met dans le bain avec une joute verbale très marrante entre J. Larbalestier et H. Black dont une intervention de Cherie Priest (qui malheureusement ne participe pas aux nouvelles du roman).

Le roman est découpé en chapitre « Licorne » puis « Zombie » et chacun a droit à son commentaire des leaders des deux camps, nous présentant l’histoire, sa vision de la chose, tout cela avec un gros grain d’humour.

La manière de parler des zombies ou des licornes est très variés. Pour ce dernier, j’avais peur d’avoir du gnangnan, nunuche, de l’eau de rose, des cœurs et des bisounours… hé bien pas du tout ! Une des premières nouvelles sur les licornes nous donne même une licorne espiègle, malicieuse et un peu sans honte avec ses « T’es vierge parce que t’es lesbienne, hein ?! ».

Rien que cette phrase montre qu’il y a beaucoup d’humour ! Dans chacune des nouvelles, même les plus zombifiantes ! Que même celles concentrées sur une licorne, il y a une touche de zombie ou de magie noir.

Côté zombie, si vous avez lu du Carrie Ryan, vous connaissez sa manière de vous faire haleter et stresser devant l’action et l’inévitable fin pour ses personnages. D’ ailleurs plusieurs auteurs aiment jouer à inventer l’histoire des zombies, une maladie, un gène déformé, etc.

A noter qu’il y a pas mal de nouvelles assez romantique même dans l’équipe Zombies.

Zombies contre Licornes propose des nouvelles de tout les genres. C’est agréable et les interventions avant chaque début de chapitre des deux auteures à l’instigation de cet ouvrage sont hilarant !

The infernal devices : Clockwork Angel de Cassandra Clare

24 Mai

When sixteen-year-old Tessa Gray crosses the ocean to find her brother, her destination is England, the time is the reign of Queen Victoria, and something terrifying is waiting for her in London’s Downworld, where vampires, warlocks and other supernatural folk stalk the gaslit streets.

Friendless and hunted, Tessa takes refuge with the Shadowhunters, a band of warriors dedicated to ridding the world of demons. Drawn ever deeper into their world, she finds herself fascinated by- and torn between – two best frinds and quickly realizes that love may be the most  the most dangerous magic of all.

Clockwork Angel nous emporte dans le monde des Shadowhunters de la saga « The Mortal Instrument » quelques siècles plus tôt pour une nouvelle trilogie. (ça, j’en suis moins sûr).

Le roman commence rapidement avec l’arrivé de Tessa Gray sur le sol londonien et son enlèvement par les Dark Sisters (outch, on passe).

On se retrouve, dans le XIIème siècle de l’ère de la Reine Victoria, cette jeune héroïne (16 ans) un peu spéciale, voir même particulière. Ce qu’elle ne se doutait pas. (je ne dirais rien) Tessa semble être la petite souris la plus douce et la plus gentille au monde. Ce qui pourrait faire peur et tourner l’histoire en ramassis de bons sentiments sirupeux. Mais finalement, elle n’est pas si mièvre, même plutôt loin. Elle tente de retrouver son frère, sa seule famille restante. Et cet objectif sera toujours à son esprit, lui donnant assez de cran pour avancer.

A ces côtés, on retrouve les Shadowhunters dans l’institut de Londres ; Charlotte et son mari Henry sont un couple assez étrange, complètement atypique, je dirais même impossible ; Jessamine, une jeune lady égoïste et égocentrique et puis finalement Jem et Will… Sur la 4ième de couverture, ils sont décrits comme le futur trio amoureux avec Tessa

Cette 4ième de couverture est très mauvaise, même s’il y a une relation amoureuse entre les trois, c’est très loin d’être le centre de l’histoire. Et elle est à peine travaillée ! En tout cas, Jem et Will sont l’opposé d’une pièce aussi bien physiquement que mentalement. Le premier est asiatique et cache son passé familiale et le second est le rebelle qui n’accepte pas que les autres puissent l’aimer.

On retrouve les ancêtres de nos héros de « The mortal Instruments » et un personnage de la saga : Magnus Bane, le warlock ! Ravie de le retrouver.

Les descriptions sont très « voyantes » que ce soit pour l’environnement ou pour les actions des personnages. J’ai aimé lire des paysages d’époque des lieux dont j’ai l’habitude de me promener (y a quand même mieux que Hampstead Heath, Hyde Park et Fleet Street).

L’auteure a le don de tourner tout ce qu’on pensait en « ah ben, je suis à côté de la plaque ». De plus, elle joue sur les automates en tant qu’ennemis… pas mal comme monstres.
Il y a des sujets plus recherché aussi comme par exemple la place de la femme dans la société au XIVième siècle (Charlotte et Jessamine, complètement à l’opposé sur le sujet également).

L’écriture est redoutable, nous entrainant entre le rire et le frisson d’horreur.

Evidemment à la fin du tome, on reste sur sa faim, beaucoup de questions restent en suspens (Will !!! >.<), l’intrigue est partout. Et le second tome, Clockwork Prince ne sort que le 6 décembre aux USA.

Une nouvelle trilogie très bien menée, l’auteure a pris marque avec la première saga, elle est plus mature malgré son attachement à garder quelque part le même genre de personnage (Will = Jace) et cette manie d’avoir un triangle amoureux (qui pour le moment n’est pas trop présent).

La cité des ténèbres : Le miroir mortel de Cassandra Clare

9 Août

Clary apprend que sa mère s’est, elle-même « ensorcelée » pour être dans le coma. Seul le sorcier qui l’a jeté peut l’effacer. Et ce dernier se trouve à Idris. Elle décide d’y aller par tous les moyens. Evidemment, ce ne sera pas chose facile et arrivé là bas, elle aura encore bien des bâtons dans les roues.

[SPOILER DES PREMIERS TOMES]

On arrive donc finalement au dernier acte. On y rencontre des chasseurs d’ombres, de nouveaux personnages comme Sébastien, venant de France.

J’adore le « préjugé » du garçon convenable qui connaît bien l’étiquette parce qu’il vient de France.
Ca me fait toujours rire ce que pensent les américains (ou asiatiques) sur les pays européens.

C’est bien que Clary n’en fasse qu’à sa tête, ça donne beaucoup d’action… je me suis dit qu’elle n’apprenait pas de ses fautes et ça m’énervait mais bon… ça donnait lieu à des moments cocasses et des éléments important pour l’histoire alors je lui ai pardonné.

Dans le tome deux, l’amour entre frère et sœur m’avait fait énormément penser à Angel Sanctuary (de Kaori Yuki)… Justement dans ce volume l’auteure en fait un petit clin d’œil puisqu’elle le mentionne. Sauf qu’ici, cette histoire se finit bien.
De même que les ailes de l’ange constellé d’œils… tout comme l’ange, Sandalphon.

J’ai pensé également à Harry Potter pendant la lecture… Lorsque le grand méchant de l’histoire, Valentin, annonce que ceux qui le rejoindront devront porter SA rune pour dire qu’ils lui appartiennent… Les mangemorts, ça vous parle ?

Beaucoup de réponses dans ce tome, une action omniprésente, des moments émouvants…

Une belle « fin » …

…Enfin… une préquel de cette série est en cours sous le nom «The Infernal Devices», dont le premier volume «The Clockwork Angel» sort à la fin de ce mois-ci aux USA.
Du coup, cette trilogie ne l’est plus car elle a écrit une suite au « Le miroir mortel », « City of fallen angels » sous le regard de Simon… le meilleur ami de Clary.

L’auteure précise quand même qu’il est conseillé de lire d’abord la préquel avant ce 4ième tome.

Les droits pour faire un film ont été acheté et le scénario finit…
on verra si cela se concrétise…

En tout cas, très chouette roman plein de rebondissements, écrit par un auteur des plus agréable!

The mortal instruments Series
La cité des ténèbres : City of bones (La coupe mortelle)
La cité des ténèbres : City of ashes (l’épée mortelle)
La cité des ténèbres : City of glass (Le miroir mortel)
La cité des ténèbres : City of fallen angels

La cité des ténèbres de Cassandra Clare

5 Août

Ou son nom original, et bien plus en accord avec l’histoire du livre, «The mortal Instruments Trilogy ».
Comme son nom anglophone le fait remarquer, c’est une trilogie. Chaque volume a un point centrale, celui d’avoir affaire à un instrument mortel ; la coupe, l’épée et le miroir.
Bien qu’en lisant l’histoire, on oublie un peu ces éléments.

En pleine lecture du 3ième tome, je poste mes impressions des deux premiers tomes (sans aucun spoiler pouvant dévoiler le second, ni même le premier)

J’ai commencé ces livres parce qu’on me les avait prêté. Toujours dans cette mouvance de fantasy, magie et autres sciences fictions, cette trilogie nous invite dans un nouveau genre de monde… Le nôtre.

Mais pas tout à fait, puisqu’il cache derrière des marques, des humains qui se battent contre les démons qui tentent de vivre sur terre, là où leur garde manger serait toujours bien rempli.

C’est là que nous retrouvons Clary. Jeune fille de 16 ans, elle se retrouve dans un café avec son meilleur ami Simon quand son regard est attiré par un beau jeune homme poursuivit par 3 personnes tenant des couteaux.

Inquiète, elle les suit. Mais trop tard, ce jeune homme est tué par ces 3 adolescents, qui s’avèrent être des Chasseurs d’Ombre, c’est-à-dire des tueurs de démons, d’être de la nuit ou de l’obscurité.

Clary va apprendre par cette rencontre que toute sa vie, on lui avait caché beaucoup de choses.

On retrouvera plusieurs genres d’espèce connues de tous, vampires, loups-garous parfois avec des noms, des termes différents.
Il faut bien s’imprégner de l’idée de marque. Car ces chasseurs sont humains ! Mais grâce à des marques, des runes, qu’ils font sur leur corps, ils obtiennent des pouvoirs (pour un laps de temps indéterminé) qui leur confèrent forces, guérison ou autres.

J’ai trouvé l’écriture détaillée mais en bien. C’est-à-dire que Cassandra Clare est imaginative, elle vous fait de ces comparaisons qui vous donnent l’impression de tout comprendre, de tout voir, d’être présent lors des faits.

Il y a beaucoup d’actions également, ce qui fait qu’on s’ennuie peu, voir pas du tout=). Il m’a été difficile de lâcher parfois le livre à certain moment clé de l’histoire.

Nous rencontrons plusieurs personnages, l’auteure les a bien caractérisées. J’ai évidemment un penchant pour Jace (à prononcer à l’anglaise), il utilise souvent le sarcasme pour parler, à toujours l’air indifférent, que se soit aux sentiments ou ce que pensent les autres, il n’aime pas beaucoup non plus faire ce qu’on lui demande.

Puis j’aime bien Alec, cet indécis, amoureux de Jace mais il ne l’avouera jamais (ou presque).

Isabelle, la sœur d’Alec semble un peu comme la déesse guerrière, la fille idolâtrée dans les campus.

Clary apprend à se connaître également avec les révélations qu’elle va avoir. Comme elle le dit si bien, il lui manquait quelque chose et elle va le trouver, ce qui va chambouler complètement sa vie, son monde. A part Simon, on lui connait peu d’amis, à part ceux de Simon qu’elle prend pour des idiots.

Un chouette roman jeunesse, une écriture fluide, une atmosphère palpitante, un monde étrange, vraiment de quoi faire une très bonne trilogie !

The mortal instruments Series
La cité des ténèbres : City of bones (La coupe mortelle)
La cité des ténèbres : City of ashes (l’épée mortelle)
La cité des ténèbres : City of glass (Le miroir mortel)
La cité des ténèbres : City of fallen angels