Elantris de Brandon Sanderson

6 Jan

Je me sentais un peu en manque de fantasy et puisque Brandon Sanderson a l’air d’être plutôt apprécié des lecteurs pourquoi ne pas lire Elantris petit pavé de presque 700 pages. D’ailleurs, j’ai été étonné de le trouver si peu épais alors qu’à la base, on retrouvait chez Orbit, Elantris scindé en deux romans « La chute » et « Rédemption ». J’avais le coup de foudre pour la couverture du deuxième opus d’ailleurs.

En tout cas, j’ai été transporté par ce roman !

Chaque chapitre suit un des trois personnages principaux. Le jeune prince Raoden, sa fiancée venue outre-mer, Sérène et le gyon Rahten, un genre de prêtre qui vient prêcher sa foi.

Elantris est la grosse énigme du livre. De cité flamboyante, elle fût du jour au lendemain un genre de tombeau pour tous ceux qui attrapait sa maladie. Quand le prince Raoden se voit défiguré par le Shaod (considéré comme une punition venant d’Elantris), il n’a pas le choix et se retrouve dans la cité d’Elantris. Il y trouve des congénères qui ressemblent plus à des zombies qu’à des êtres humains. Mais Raoden, lui, il ne veut pas finir comme ça, il veut faire bouger les choses et par la même occasion découvrir pourquoi Elantris est tombé.

De son côté, Sérène qui n’a jamais vu son fiancé, accoste dans ce pays inconnu pour découvrir qu’il est mort. C’est douloureux. Elle qui a atteint un âge où elle devrait déjà être marié et mère de famille, la voilà abandonné. Mais d’un caractère bien trempé, elle va se battre pour avoir sa place au palais, à travers les complots qui s’y installe.

Rien que ces deux personnages ont l’air assez stéréotypé dit comme ça. Mais j’ai trouvé cela comique et au final, j’y ai pris goût. Le prince est d’un naturel optimiste qui malgré ses souffrances garde le sourire, la princesse est à mille lieux de la petite chose fragile, au contraire, elle a un tempérament de feu et ne se laisse pas faire. Autour d’eux gravite, une multitude de personnages plus ou moins travaillé.

Si une part de l’histoire donne voix à Rahten, ce prête d’une religion qui semble bien élitiste, ce n’est pas pour rien. Puisque le roman est englobé par la religion, la croyance. On pensait que les Elantriens étaient des dieux mais vu leur chute, d’autres religions espèrent prendre le dessus pour les habitants de la région.

Dès le départ, l’auteur emploie les termes propres au monde qu’il a créé, sans vraiment d’explication. Du coup, je n’ai pas toujours compris la différence entre l’une ou l’autre religion.

Il y a très peu de magie dans ce roman, mais il  n’en est pas moins phénoménal, plein de rebondissement et d’aventure ! Une chouette découverte!

Publicités

2 Réponses to “Elantris de Brandon Sanderson”

  1. Luthien 9 janvier 2012 à 13:09 #

    Ce roman ne va pas rester très longtemps dans ma PAL !
    Et les couvertures chez Orbit sont sublimes toutes les deux !

  2. Iluze 12 janvier 2012 à 17:16 #

    Si j’accroche à Fils-des-brumes, je me prendrai celui-ci, je pense ;).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :