La submersion du Japon de Sakyo Komatsu

1 Sep

Le premier grand cataclysme s’abattit sur la région d’Osaka à 5 heures 11, le 30 avril. A 8 heures 03, la chaîne de montagnes Togakure explosa. Les regards du monde entier étaient fixés sur « la mort du dragon ». Des dizaines d’avions appartenant à des télévisions de toutes les nationalité volaient au-dessus de l’archipel du Japon qui crachait du feu et des flammes.

J’avais acheté ce livre avant le drame du 11 mars… mais par après, j’ai eu beaucoup de difficulté à m’y mettre. Je me disais quand le lisant, cet évènement (submersion du Japon) pouvait avoir lieu… (Superstition quand tu nous tiens).

Près de six mois après, j’ouvre et lis les premières pages.

Première impression, c’est du lourd… à comprendre ; « j’ai du mal à comprendre ». La traduction est assez lourde, difficile même et un poil technique au début du livre.

Le début commence par une équipe de recherche en plein Océan Pacifique. Des scientifiques se posent des questions sur la disparition d’une île. En même temps, une nouvelle arrive… tout cela pendant que des séismes et des éruptions volcaniques ont lieu un peu partout du côté de l’archipel nippon.

En tout cas, j’ai été scotché de voir qu’un livre écrit, il y a 30 ans puisse être aussi précurseur. Par exemple, la réaction des pays étrangers entre le « bien fait pour le Japon » ou « ils sont riches, ils s’en remettront bien sans nous ».

Ce livre m’a beaucoup rappelé le manga « Tokyo Magnitude 8 » de « Usamaru Furuya » mais ici, on est plus global. Comment sauver 110 millions de gens ? La culture, les trésors vont-ils disparaître ? Que font les politiciens japonais ?
Le livre pousse, tout de même, à du plus personnels en suivant certains personnages. S’ils ne sont pas les héros du roman catastrophe, ils donnent un sentiment plus humain à l’histoire.

Sur un sujet qui pourrait être réel avec des éléments scientifiques, Sakyo Komatsu nous livre un roman d’anticipation où il ne faut pas s’attendre à une fin heureuse.

 

Publicités

6 Réponses to “La submersion du Japon de Sakyo Komatsu”

  1. Luthien 1 septembre 2011 à 20:30 #

    Ce n’est pas trop le genre de livre que je lis donc il ne me tente pas trop. Mais il a l’air très intéressant, surtout en rapport avec qui est arrivé.

    • endorphinage 2 septembre 2011 à 08:16 #

      C’est un auteur célèbre japonais, je voulais au moins l’essayer^^ (il y a un film tiré de ce roman également)
      mais c’est vrai que le côté « avangardiste » est sidérant!

  2. Luna 2 septembre 2011 à 14:30 #

    Je crois que c’est un livre qui me plairait beaucoup… surtout si l’auteur est aussi visionnaire sur les réactions que tu l’annonces : j’aime bien râler contre l’injustice, alors c’est parfait !
    Bon, ce n’est pas un sujet à prendre à la légère (et du coup ma phrase précédente est un peu hors de propos), mais j’ai un faible pour les livres qui sachent nous rappeler qu’on n’est pas invincible et que les choses que nous faisons ont une conséquence non négligeable…

    • endorphinage 2 septembre 2011 à 14:33 #

      ouh! alors tu es servies! c’est un peu pessimiste sur les bords… par contre, il n’y a pas vraiment de « la faute des hommes »… c’est juste que la nature prendra toujours le dessus^^’

      • Luna 3 septembre 2011 à 08:52 #

        Ah, d’accord !
        J’imaginais plus ou moins une réaction à notre mode de vie…

      • endorphinage 3 septembre 2011 à 09:57 #

        L’auteur est assez égocentrique, on ne parle que des japonais… ceux-ci considèrent qu’eux ne font pas de mal à la nature, il la respecte, etc…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :