L’épouse du dieu des eaux de Yun Mi Kyung

22 Août

L’éditeur « Clair de Lune » s’est lancé dans l’aventure de nous sortir cette fresque « historique-romanesque », tiré tout droit des légendes coréennes de « Habaek, le dieu des eaux ». La série est encore en cours en Corée… avec l’apparition bientôt du 15ième tome.

« Habaek » a été un vrai coup de cœur pour moi… tout simplement grâce à ces dessins détaillés (mais pas surchargés !).

Tout commence par un souvenir ; une petite fille à qui on annonce qu’elle est liée par le fil rouge (du destin) à deux hommes. Quelques années plus tard, Soah se voit vendue pour devenir la femme du dieu de l’eau, Habaek. On dit qu’il est un monstre effroyable. Mais pour le bien de son village, elle espère bien donner sa vie pour que la pluie tombe à nouveau sur leurs champs.

Finalement, la mer emporte Soah et elle échoue… dans le royaume des eaux.

Elle découvre la vie des dieux, les complots et les intrigues « de la cours » et petit à petit son mari… qui a la particularité d’avoir la taille d’un enfant.
A côté, elle tombe dans les bras d’un jeune homme découvert au clair de lune qui est bien plus proche d’elle que Soah pense.

A ce niveau-là, je dois m’arrêter car ce serait du spoiler intégral… bien qu’on l’apprenne assez vite que Habaek et ce mystérieux inconnu ne font qu’un, il faut attendre plusieurs tomes avant que Soah s’en rende compte également (même si elle s’est posé la question).

Si dans un premier temps, l’histoire tourne autour de Soah et Habaek. L’auteur va finalement plus loin et se permet des chapitres du passé pour comprendre le présent. (c’est que les intrigues de la cours sont légions, les liens du sang ont s’y perd facilement également… du coup, ces « regardons le passé » sont très important et intéressant).

Soah reste une jeune femme qui ne veut que le bonheur (le sien et celui des autres) sans réellement avoir une petite touche qui en fait l’héroïne à qui on s’attache. (malheureusement). Habaek prend toute la charge de l’histoire !

L’auteure met plusieurs personnages en avant à leur côté comme cet étrange médecin ou bien encore Houyé, le général de Habaek qui donne l’occasion de penser qu’un trio amoureux aura lieu (alors qu’au final, c’est bien plus compliqué et intriguant que cela). Mais on a cette impression qu’au final, tout ce joli monde se retourne contre le couple. (ils n’ont pas de chance).

Au final, cela a tout du livre pour jeunes filles avec une part de légende mais surtout un graphisme exceptionnel que ce soit des personnages ou des décors.

Publicités

2 Réponses to “L’épouse du dieu des eaux de Yun Mi Kyung”

  1. Luthien 24 août 2011 à 15:18 #

    Woh, j’adore les dessins ! *O* Je note!

    • endorphinage 24 août 2011 à 17:07 #

      Il n’y a encore que 5 volumes sortis en france mais ça vaut quand même le coup (j’avoue que je flash grave pour les dessins… XD)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :