Gala Strip de Gala Fur

1 Fév

J’ai d’abord tilté sur la couverture qui me rappelle les photographies d’Araki Nobuyoshi que j’aime beaucoup. Ici, malheureusement, je n’ai pas trouvé d’information sur cette couverture. Je suppose que c’est de Gérard Musy (nom que j’ai retrouvé plusieurs fois pour l’éditeur et l’auteur).

De plus, ayant évolué dans un milieu où certains de mes amis allaient dans des soirées style SM et la renommée (me semble-t-il) de Gala Fur aidant, je me disais que ça pouvait être intéressant de lire ce roman BDSM.

Du coup, j’ai participé à « Masse Critique » organisé par le site Babelio.
Merci à eux et à l’éditeur du roman, l’éditeur La Musardine.

La Musardine est un éditeur spécialisé dans l’érotisme. Je pense souvent à leurs livres sur « comment faire une bonne fellation/cunnilingus/etc. » parce que les couvertures sont tape à l’œil. Mais au final, je n’ai jamais eu l’occasion de lire leur sortie.

Ce roman tend à être une autobiographie de Gala Fur, sans doute un peu romancé. Pendant que la protagoniste se voit être tournée en girouette par un chanteur célèbre (dont on ne divulgue pas le nom) dont elle commence à avoir un sentiment amoureux, on découvre le monde du BDSM. On a l’occasion de la suivre dans des soirées fétichismes et SM à Paris ; elle fait des rencontres, le côté dominateur et soumis de ces derniers, elle suit les tribulations de sa cousine, elle jette un regard parfois de mépris à ce que devient ce genre de soirée. Gala n’est pas le seul personnage de l’histoire, ce qui donne différentes perception des évènements, du milieu du SM.Les gens qu’elle voit semblent être complètement ailleurs, dans un autre monde, ils se libèrent, s’exhibent totalement à ces fêtes « spéciales ».

Il ne faut pas fuir devant le thème qu’apporte ce livre. Il n’y a rien de hardcore dans les propos de l’auteur, le langage me semblait même plutôt sensuel. Peut-être justement pour ne pas choquer un lectorat qui n’a pas l’habitude ou autres choses. Ca reste captivant. Même s’il n’y a pas vraiment de rebondissement, je l’ai lu d’une traite.

Gala Fur a une très belle plume, je ne me suis jamais sentie perdue, pas de termes propre au sadomaso ou alors, ils sont devenus banalisés.

Le livre se termine par un entretien avec Pierre Bourgeade sur divers sujet. Un point de vue intéressant des deux interlocuteurs.

Un bel ouvrage donc. Si vous aimez les bibliographies et les découvertes, n’hésitez pas à vous le procurer.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :