Les dames baroques

31 Déc

La Femme Fatale, une figure du quotidien mais aussi de l’imaginaire séculaire : de Circé à Marie-Madeleine, de la Reine Margot à Vampirella, de Marilyn Monroe à Lilith, de la fée Morgane aux succubes les plus vénéneuses, la vamp, la sorcière, l’enchanteresse, la Belle Dame Sans Merci a toujours inspiré les artistes et les écrivains, mais aussi le commun des mortels. Aimée des uns, haïe des autres, elle peuple de ses courbes protéiformes les pages de la littérature. Estelle Valls de Gomis, écrivain et anthologiste, a rassemblé de jeunes auteurs et des plumes confirmées pour vous dévoiler les Salomé et les Iseult de la littérature fantastique et de fantasy. »

Une anthologie sortie aux éditons du Riez en ce mois de décembre. Elle ne compte pas moins de 20 auteurs et a droit à une jolie couverture de l’italienne, Natalia Piedrandrei.

Dès qu’on l’a en main, on ne peut qu’admirer l’ouvrage, celui-ci est très joli, rien à reprocher au paraître de cet œuvre.

Carole Grangier – Armand Cabasson – Charlotte Bousquet – Karim Berrouka – Justine Niogret – Daniel Alhadeff – Cyril Carau – Tepthida Hay – Sophie Dabat – Morgane Guingouain – Sire Cédric – Eli Darco – Leonor Lara – Lucie Chenu – Sophie Goasguen – Jean Lorrain – Joris Karl Huysmans – Petrus Borel – Madame D’Aulnoy – Jules Barbey d’Aurevilly.

300 pages pour 20 auteurs, qu’est-ce que cela donne ?

Déjà, premier ressenti, très bons choix de textes. De plus, ils ont tous un côté très poétique tout en étant différents les uns les autres. La verve est présente, il semble que le thème sur ces femmes eût l’air d’inspirer les créateurs.

Chaque auteur apporte son originalité, sa vision et son histoire.

Plus en détail, certaines nouvelles m’ont plus touchée, d’autres dont je cherche encore le sens (malgré une relecture).

Dans les nouvelles têtes (pour moi en tout cas) ;

Je garde un bon souvenir de la nouvelle de Karim Berrouka avec « Lapidaire  ». Pourtant à première vue basique, une princesse née de pierres précieuses qui doit se trouver un mari en vue de succéder au roi mourant.

« Le jour de la Belladone » me rappelle les kumari, ces enfants considérés comme des déesses au Nepal. Justine Niogret nous y montre sa propre perception de ce que peut ressentir l’une d’entre elles.

De même que « L’essor » de Sophie Dabat, se trouve être un sujet original à la « planète des singes ».

Puis on retrouve certains auteurs déjà lu comme Sire Cedric mais également Elie Darco.
Je n’avais pas du tout accroché à son « l’orbe d’or » publié dans l’anthologie « Or et Sang » des Editions du petit Caveau.  Par contre ici, elle fait partie de mes nouvelles préférées grâce à « Les crocs de la Basilicate ». Un concept qui m’a bien plût.

Puis c’est avec plaisir de relire certaines histoires comme celle de « La belle aux cheveux d’or » de Madame d’Aulnoy.

Il y a encore maintes histoires intéressances à y découvrir.

Au final, une très belle anthologie qui peut plaire à chacun.

Publicités

2 Réponses to “Les dames baroques”

  1. Alexiel 16 janvier 2011 à 12:01 #

    Je vais commencer cette anthologie ! J’espère autant apprécier que toi !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :