La loi du désert de Franck Ferric

30 Août

En plus d’avoir de très bonnes critiques, ce livre a une superbe couverture, réalisé par Bastien, qui représente très bien le monde de l’histoire.

Du coup, j’ai craqué pour ce roman sorti aux éditions du Riez.

Précédemment, je notais que j’avais eu un coup de cœur pour la nouvelle de l’auteur, « Le transformateur » [Anthologie, Or et Sang]. Du coup, je partais sur une bonne impression. Et oui… je garde une bonne impression jusqu’à la fin.

Nous sommes dans un monde post-apocalyptique où le désert règne en maître. A Selina, une ville devenue un état, persiste une population gouvernée par des syndicats. Ses hauts murs permettent un semblant de vie mais même dans ce monde, les riches sont encore plus riches et les pauvres tentent de survivre. Raul vit là avec sa mère et sa sœur. Il n’a pas encore l’âge pour faire partie de l’armée de la ville, alors il travaille à la fonderie pour avoir de quoi nourrir sa famille. Son frère, Mathian, de son côté, a été embarqué pour 5 ans dans les forces militaires. Il se bat contre le nouvel ennemi, les blafards. Des êtres d’une blancheur de craies qui mangent leur cadavre et vivent sous les sables.

Des évènements imprévus vont les amener à se rechercher dans un désert qui s’étend à perte de vue.

C’est vraiment une histoire où on est pris du début à la fin, avec cette difficulté de lâcher le roman. Mais on veut en garder un peu pour après, alors on se freine un peu.
Très difficile de se faire couper sa lecture par un chapitre. L’hypnotisme qu’on a tendance à avoir quand on est complètement plongé dans certain roman. (Pour dire comme j’ai accroché).
Un livre réellement captivant.

On se sent très proche des personnages, ON est le personnage.

Mathian est vraiment surprenant. Sa combativité à poursuivre, à sauver son frère m’ont vraiment touché. Il n’abandonne pas, va jusqu’à la limite du « monde » connu (le no man’s land). Il s’inquiète toujours de sa famille.
Evidemment, le fait d’avoir un peu pris la place du père disparu, la fait grandir très vite. Déjà enfant, il aidait son petit frère, Raul à réparer ses erreurs, permettant à ce dernier d’éviter les punitions.
Du coup, le petit Raul devenu grand, ben, il se laisse faire et pense que ses actes n’ont aucune répercussion… Evidemment, ici, il va se rendre compte qu’il est très loin du compte.
Et malgré tout, c’est son parcours, à lui, que j’ai le plus préféré.

L’écrit de Franck Ferric prend aux tripes pour vous donner les détails qu’il faut pour se sentir dans ce monde, proche de ses personnages. Il décrit à merveille chaque protagoniste, leur donne un passé, du vécu, les éléments du décor, etc. Il laisse une part de mystère… à nous de le combler.

Loi du désert, peut-être mais il y a aussi la loi de l’entraide, de donner sa chance à son prochain. Peut-être pas pour trouver le bonheur, mais au moins l’espoir du meilleur.

Plein de sensibilité et de force, c’est vraiment un livre à découvrir.

Publicités

3 Réponses to “La loi du désert de Franck Ferric”

  1. Alexiel 4 septembre 2010 à 19:02 #

    Faut vraiment que je le lise vu qu’il est dans ma PaL. >.<

Trackbacks/Pingbacks

  1. Récapitulatif d’août | L'Endorphinage - 1 septembre 2010

    […] L'Endorphinage Aller au contenu ← La loi du désert de Franck Ferric […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :